Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Est-ce vrai que sous mandat de la France, les Camerounais avaient la nationalité française ?

Est-ce vrai que sous mandat de la France, les Camerounais avaient la nationalité française ?

La réponse est :
Paru le lundi, 18 septembre 2017 10:49

Il se dit que la nationalité française était un acquis pendant la période où le pays était sous l’administration de la France. Vrai ?

Dans les discussions, il arrive que certains soutiennent mordicus que les Camerounais de la période sous mandat français (1916-1945) avaient la nationalité française. Ce qui n’est pas vrai.

Dans ses résolutions du 28 avril 1923, le conseil de la Société des Nations qui confia le Cameroun à la France précisera que «les habitants indigènes d’un territoire sous mandat, n’acquièrent pas la nationalité de la puissance mandataire». Ce point important est souligné dans un article intitulé «la nationalité dans les Etats de la communauté et dans les Etats marginaux», de P.F Gonidec.

Cela dit, l’état civil du territoire du Cameroun de cette période là, dépendait essentiellement du code de la nationalité française. Mais sur les actes civils, on ne mentionnait pas la nationalité. Le code de la nationalité camerounaise adopté en juillet 1968 permettra de combler ce vide. «Les Camerounais étaient certes assimilés français, mais n’étaient pas du tout Français», martèle Aimé Ngomb, historien.

Ce dernier rajoute que ceux qui devenaient Français étaient plus de l’entourage et/ou au service des administrateurs français, et ceux qui allaient en France pour des études, entre autres.

Hilaire Ham Ekoue, journaliste, souligne que le Cameroun n’étant pas une colonie française, la France n’avait pas le droit d’y imposer sa nationalité comme elle l’a fait avant les indépendances, au Gabon, Sénégal et d’autres territoires d’outre-mer de la République française en Afrique.

Monique Ngo Mayag

Dernière modification le lundi, 18 septembre 2017 10:55

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants