Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Y a t-il un risque de mourir en décrochant les appels téléphoniques des numéros tels que +685 849 3472 ?

Y a t-il un risque de mourir en décrochant les appels téléphoniques des numéros tels que +685 849 3472 ?

La réponse est :
Paru le jeudi, 22 juin 2017 13:02

Des appels provenant de numéros de téléphones aux indicatifs inconnus causent la suspicion auprès de certains abonnés. A raison ?

Depuis des semaines, les abonnés téléphoniques reçoivent des appels et des bips provenant de numéros peu communs. L’écran du téléphone affiche généralement +685 849 3472, +6768489391, +676 848 9384, +676 8489 305. Et depuis lors, les gens se passent le mot : « secte sorcellerie. Ce sont des gayiman-entendez cybercriminel-, peut-on lire dans le message partagé par sms ou via les réseaux sociaux. Ils sont à la recherche d’objet de sacrifice pour leur rituel, juste la voix suffit », poursuit l’expéditeur.

Les superstitieux ont tôt fait de relayer ce « Hoax » à tous leurs contacts. M. Essomba, ingénieur de télécommunications, anciennement en service au ministère des Postes et Télécommunications (Minpostel), rassure qu’il n’y a pas lieu de songer à la sorcellerie.

Il renseigne que les indicatifs téléphoniques que mentionnés (+67, +68) sont en principe ceux de l’Asie du Sud-Est (Indonésie, Birmanie, Malaisie etc). «Les pirates camerounais peuvent en effet camoufler l’indicatif du pays pour utiliser ceux d’ailleurs et arnaquer les abonnés des entreprises de téléphonie mobile», explique M. Essomba.

En effet, pour peu que vous rappeliez l’un de ces numéros douteux, on vous annoncera à l’autre bout du fil que vous venez de remporter 5000 euros à un jeu auquel vous n’avez pourtant pas participé. « Il faut tout simplement bloquer ces contacts », conseille-ton au service client d’Orange Cameroun.

Monique Ngo Mayag

Dernière modification le jeudi, 22 juin 2017 13:06

PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants