Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Un laboratoire américain utilise-t-il des prostituées camerounaises comme cobayes pour un traitement anti Vih ?

Un laboratoire américain utilise-t-il des prostituées camerounaises comme cobayes pour un traitement anti Vih ?

La réponse est :
Paru le mardi, 31 janvier 2017 12:16

Une alerte est lancée sur les réseaux sociaux sur une firme américaine qui contaminerait des prostituées à Douala pour tester un médicament antirétroviral. Vrai ?

Une alerte est viralement répandue sur les réseaux sociaux. Elle prévient qu’un laboratoire américain est actuellement implanté à Douala pour «tester un médicament préventif contre le vih/sida sur 400 camerounaises saines». En réalité, il s’agit d’une information vieille de 12 ans. En effet, entre 2004 et 2005, un essai clinique de traitement vih-sida est fait sur 400 prostituées de douala par le laboratoire pharmaceutique américain Gilead Sciences.

Après des tests concluants sur des singes, cette industrie voulait valider l’utilisation préventive et vaccinale du Tenofovir (ou Viread) sur des sujets sains et à très exposés à la contamination au Vih (d’où le choix porté sur les prostituées). A l’époque, cette initiative fait couler beaucoup d’encre et de salive. Une enquête menée par France 2 pour son programme « Complément d’enquête » avait de suite créé un tollé général.

Fondation Bill et Melinda Gate

Dans la foulée, le ministre de la Santé publique de l’époque, Urbain Olanguena Awono (actuellement incarcéré pour détournement de deniers publics) fait publier un communiqué. Il y note que l’essai de Gilead «a été autorisé conformément aux normes et standards scientifiques éthiques et administratifs en vigueur au Cameroun.» Lequel essai était financé par la fondation Bill et Mélinda Gate et coordonné par Family Health International.

Toujours est-il que des organisations de la société civile et des avocats comme Simon Pierre Ngue Bong ont déploré l’irrespect des « principes éthiques fixés par les déclarations d’Helsinki et de Manille à savoir : la compétence des investigateurs, le respect des consentements des participants, la confidentialité et la protection des sujets », au cours de ces expériences.

A noter que le Tenofovir est utilisé parmi les antirétroviraux. Et Gilead collabore toujours avec l’Etat du Cameroun. Actuellement, leur dossier commun est sur la réduction du coût de traitement des Hépatites.

Monique Ngo Mayag

Dernière modification le mardi, 31 janvier 2017 12:19

PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants