Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
L’insulte MOUF vient-elle réellement de l’anglais ?

L’insulte MOUF vient-elle réellement de l’anglais ?

La réponse est :
Paru le mercredi, 31 mai 2017 09:50

Il se dit que cette célèbre interjection du camfranglais découle de la langue de Shakespeare. Vrai ?

L’on ne sait comment elle s’est propagée à travers le pays au point de devenir l’une des célèbres insultes lancées par le Camerounais lambda. Par dédain ou par exaspération, il est courant ici de dire « MOUF ! » à son interlocuteur. Ce mot remplace le très adouci « imbécile » ou le très français « casse-toi pauvre con !» D’où vient donc ce mot tant employé ? Comme presque tous les mots pidgin, il vient de l’anglais ; précisément du mot « MOVE » qui de façon contextuel, signifie en anglais « va-t-en ». Il vient donc de la rencontre entre le Cameroun et l’Angleterre ; plus précisément, de la cohabitation avec le colon anglais dans les années pré-indépendance.

Dans un ouvrage collectif intitulé Africa Meets Europe: Language Contact in West Africa (2004), les experts en linguistique Dr George Echu (université de Yaoundé) et Pr Samuel Gyasi Obeng (Indiana university) soutiennent cette thèse. Dans leur livre, ils mentionnent explicitement que MOUF vient de MOVE. On imagine qu’à force d’entendre ce mot de la bouche du Blanc, les aïeux camerounais n’y comprenaient pas grand-chose mais devinaient aisément son sens suivant le ton employé.

C’est un diminutif de « Move me there » qui veut littéralement dire « quitte-moi là ! En pidgin-english, on dit « mouf me dé », souligne Hilaire, quinquagénaire.

Aujourd’hui, pour atténuer l’effet violent de MOUF, on a trouvé ses déclinaisons « MAFF », ou «MOF » ; qu’on peut lancer à un proche énervant mais pas méchant. Le chanteur Maahlox a fait de cette expression, une ritournelle dans ses chansons.

Monique Ngo Mayag

Dernière modification le mercredi, 31 mai 2017 09:57

PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants