Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Des personnalités de nationalité française occuperaient de hautes fonctions publiques au Cameroun

Des personnalités de nationalité française occuperaient de hautes fonctions publiques au Cameroun

La réponse est :
Paru le mercredi, 09 novembre 2016 09:01

Au regard de la loi camerounaise qui n’autorise pas la bi-nationalité, ces personnes jouiraient d’une situation dérogatoire. 

Beaucoup de Camerounais parlent souvent de ces personnalités de nationalité française qui occupent de hautes fonctions dans le pays mais sans véritables exemples sur lesquels s'appuyer. Mais deux cas illustrent à propos ce débat sur la bi-nationalité de certains pontes. Il s’agit du footballeur africain du siècle Albert Roger Milla, devenu ambassadeur itinérant de la présidence la République du Cameroun depuis 2000, et Adolphe Moudiki, Administrateur directeur général de la Société nationale des hydrocarbures (Snh) depuis 1993.

Ces deux personnalités exercent régulièrement leur droit de vote à visage découvert à l’ambassade de France à Yaoundé, lors des différents scrutins politiques français.

En 2012, par exemple, lors de la présidentielle en France, Roger Milla et Adolphe Moudiki ont, au vu et au su des médias, jeté leur bulletin de vote dans l'urne. Ceci conformément à la constitution française qui dispose que, « sont électeurs, dans les conditions déterminées par la loi, tous les nationaux français majeurs des deux sexes, jouissant de leurs droits civils et politiques ».

Mais il faut rappeler que MM. Milla et Moudiki sont à l’origine Camerounais. Seulement, le code de nationalité au Cameroun, pour l'heure, ne reconnaît pas la bi-nationalité. Car il dispose : « Ne sont plus considérés comme étant nationaux tous les Camerounais majeurs ayant acquis et conservant volontairement une nationalité étrangère ».

S.A

Dernière modification le mercredi, 09 novembre 2016 09:03

PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants