Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Non, le prix de la bière et des boissons gazeuses n’a pas augmenté au Cameroun en 2018

Non, le prix de la bière et des boissons gazeuses n’a pas augmenté au Cameroun en 2018

La réponse est :
Paru le vendredi, 12 janvier 2018 06:54

Des commerçants arguent que la loi des finances 2018 prévoit une hausse des droits d’ascise sur les alcools. Vrai ?

Depuis le 1er janvier 2018, certains exploitants de bars dans la ville de Yaoundé ont ajouté 50 et 100 FCFA sur le prix de détail de certaines bières. Selon les informations recueillies auprès de certains grossistes, les Brasseries du Cameroun livraient le casier de bière à 6600 FCFA dans les dépôts le prix était réduit de 100 FCFA où se ravitaillaient les détaillants. Seulement, la donne a changé, explique le Syndicat national des exploitants des débits de boissons.

Les prix sont harmonisés et les boissons ont le même prix tant au niveau de l’entreprise brassicole que dans les dépôts. Les grossistes sont donc obligés de vendre au prix réel. Ce qui oblige les détaillants à augmenter les prix oubliant qu'ils achetaient jadis au rabais. Au grand dam des consommateurs.

Dans une note publiée le 10 janvier 2018, Luc Magloire Mbarga Atangana, le ministre du Commerce dénonce la hausse des prix, même pour ce qui concerne les boissons gazeuses. « Les bouteilles d’un litre qui se vendaient autrefois à 500 FCFA, coûtent 600 FCFA », fait remarquer le membre du gouvernement. Le ministre du Commerce martèle que « l’élargissement de l’assiette fiscale en 2018 ne devrait pas entraîner une augmentation des prix sur le marché ».

Par ailleurs, aussi bien dans la loi de finances 2018 que dans la circulaire du ministre des Finances portant instructions relatives à l’exécution des lois de finances, aucune mention n’est faite d’une quelconque hausse des droits d’ascise sur les boissons alcoolisés et gazeuses.

Dernière modification le vendredi, 12 janvier 2018 07:02

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants