Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
L’opposant camerounais Jean de Dieu Momo aurait voté lors de la présidentielle américaine de 2016

L’opposant camerounais Jean de Dieu Momo aurait voté lors de la présidentielle américaine de 2016

La réponse est :
Paru le lundi, 14 novembre 2016 21:01

Pour exercer ce droit de vote, il se dit que le président du parti Paddec (Patriotes démocrates pour le développement du Cameroun) en lice lors de l’élection présidentielle au Cameroun en 2011, aurait à ce titre une double nationalité.

Jean de Dieu Momo, président du parti d’opposition Patriotes démocrates pour le développement du Cameroun (Paddec) et candidat malheureux à la présidentielle camerounaise de 2011, a essuyé beaucoup de critiques dans les médias à cause d’une photo le montrant en train de prendre part au scrutin présidentiel américain du 8 novembre 2016, à Yaoundé.

Beaucoup ont déduit qu’il a la nationalité américaine puisqu’il a exercé son droit vote au cours du scrutin qui a vu l’élection de Donald Trump aux Etats-Unis d’Amérique.

En réalité, si Jean de Dieu Momoa a bel et bien inséré un bulletin de vote dans une urne, il faut comprendre qu’en marge des élections aux États Unis, l'ambassadeur des USA au Cameroun organise un scrutin parallèle dans la nuit appelé « veillée électorale ». Les Américains, eux-mêmes, votent dans la journée à l'ambassade. Mais le soir, le scrutin parallèle est un vote simulé, réservé aux Camerounais.

Les diplomates américains invitent donc un certain nombre de personnalités à voter pour le candidat de leur choix s'ils avaient été Américains. On est donc dans l'ambiance électorale avec des gadgets. Des Camerounais battent campagne pour des candidats. Deux camps (Républicains et Démocrates) s'affrontent en buvant et en mangeant quelques brochettes.

A Yaoundé, les Camerounais comme Jean de Dieu ont élu dans leur majorité la démocrate Hilary Clinton. Mais certains participants, lors de ce vote simulacre, ont aussi le droit de ne pas afficher leur préference pour un candidat. A l’exemple de Garga Haman Adji, président de l’Add (Alliance pour la démocratie et le développement) ou l’ex-bâtonnier Akere Muna.

Sylvain Andzongo

Dernière modification le mercredi, 16 novembre 2016 13:26

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants