Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Il paraît que le transfert de technologies sera obligatoire pour les prestataires internationaux du Cameroun

Il paraît que le transfert de technologies sera obligatoire pour les prestataires internationaux du Cameroun

La réponse est :
Paru le mercredi, 14 décembre 2016 08:10

Le Cameroun pourrait ne plus être obligé de recourir à l'expertise étrangère pour conduire certains travaux parce que disposant des nationaux formés

L’antienne selon laquelle « le Cameroun sait seulement consommer la technologie étrangère sans la maîtriser » relèvera désormais du passé. Car, depuis le 28 juillet 2016, le Premier ministre, Philemon Yang, a instruit, au cours d’un conseil de cabinet à Yaoundé, le ministre chargé du Développement technologique, « d’introduire systématiquement dans les contrats conclus avec les prestataires internationaux, des dispositions relatives à l’obligation de transfert de technologies ».

En d’autres termes, si une entreprise chinoise ou française, par exemple, gagne un marché dans la construction d’un barrage, d’un pont, d’une route… au Cameroun, elle a l’obligation de former des Camerounais dans la construction, la maintenance de ces ouvrages. Ainsi, le pays n’aura pas toujours besoin de recourir à l’expertise étrangère pour conduire certains travaux.

Pour arriver à cette décision du Premier ministre, Ernest Gbwaboubou, le ministre des Mines et du développement technologique, a démontré dans un exposé « qu’il ne peut y avoir d’industrialisation sans développement technologique ». Avant l’instruction de Philemon Yang, Ernest Gbwaboubou a indiqué au cours de cette réunion que le gouvernement, dans le sens d'encourager la maîtrise de la technologie, a déjà mis en place la création des centres d’appui à la technologie et à l’innovation dont sept ont déjà été installés.

Sylvain Andzongo

Dernière modification le mercredi, 14 décembre 2016 08:12

PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants