Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Antoine Pamboro, DG de Vodafone Cameroun a-t-il été arrêté par la police judiciaire ?

Antoine Pamboro, DG de Vodafone Cameroun a-t-il été arrêté par la police judiciaire ?

La réponse est :
Paru le mardi, 20 juin 2017 05:37

D’après la rumeur, il se serait rendu coupable d’actes délictueux.

Entre le 14 et le 15 juin 2017, des rumeurs ont fait état de l’arrestation d’Antoine Pamboro, directeur général de Vodafone Cameroun, opérateur des télécoms. Contacté, M. Pamboro assure qu’il n’a pas été arrêté mais entendu à la brigade territoriale de Bonanjo, à Douala. « La gendarmerie m’a laissé partir libre ainsi que des collègues », explique-t-il ce 19 juin 2017.

En effet, le 14 juin, le commandant de gendarmerie Fek Zamba a signé un message porté dont l’objet est : « Avis de recherches ». « Il y a lieu de rechercher activement dans l'ensemble de vos circonscriptions respectives les nommés Lors Stork, Antoine Pamboro et Wilfried Sama, sans autres précisions. Les intéressés sont poursuivis pour blanchiment des capitaux, financement du terrorisme en Afrique centrale, fraude à la législation des changes, faux en écriture privée et de commerce au préjudice de M. Ibrahim Zakari agissant pour le compte de dame Halimatou Hassana, gérante de la société Northwave Sarl », lit-on sur l’avis de recherche.

M. Zamba précise aux corps judiciaire et policier qu’en cas de découverte des personnalités recherchées, il faut les interpeller et les conduire sous bonne escorte à la brigade territoriale de Bonanjo où une enquête est ouverte.

Pamboro confirme qu’il s’est rendu auprès des enquêteurs le 15 juin et à l’issue de son audition, un autre message porté a été signé toujours du commandant Fek Zamba.

Objet : « Avis cessation de recherches ». Le document indique qu’ « il y a lieu de cesser toutes recherches concernant les nommés Lors Stork, Antoine Pamboro et Wilfried Sama, sans autres précisions. Les intéressés présentés ce jour sont libérés sur ordre du procureur du tribunal de Grande instance de Bonanjo ».

« Nous considérons que ce type d’accusation porte une atteinte sérieuse à l’image et à la réputation de notre entreprise et nous prendrons des mesures fermes contre les personnes à l’origine de cette campagne de sabotage contre notre entreprise. Je souhaite cependant rassurer que ces allégations sont non fondées », commente le DG de Vodafone, fournisseur des services internet haut débit LTE au Cameroun depuis 2016.

S.A

Dernière modification le mardi, 20 juin 2017 05:45

PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants