Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
L'opérateur politique Célestin Bedzigui aurait été interdit de parler au nom de l'Undp

L'opérateur politique Célestin Bedzigui aurait été interdit de parler au nom de l'Undp

La réponse est :
Paru le mardi, 20 décembre 2016 10:14

Ce serait la deuxième fois depuis 2004 que M. Bedzigui se voit exclure de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp).

Les commentaires vont train sur les réseaux sociaux au sujet de l’exclusion présumée de Célestin Bedzigui du parti d’opposition, l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp) fondée par Bello Bouba Maigari, au cours du mois décembre 2016.

La vérité est que le torchon brûle au sein de ce parti qui a choisi de collaborer depuis des décennies avec le parti au pouvoir, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc). Et pas plus tard que le 15 décembre 2016, Peter Kuma, le secrétaire national à la communication de l’Undp, a signé un communiqué faisant savoir que Célestin Bedzigui, qui se présente comme le vice-président de ce parti politique a été banni depuis belle lurette pour « déviationnisme ».

« Monsieur Célestin Bedzigui n’est plus militant de l’Undp depuis le 7 août 2004, date de la notification à l’intéressé de la décision de la commission de discipline du Comité central de l’Undp qui l’exclut du parti pour actes déviationnistes et refus d’appliquer les décisions prises par les organes du parti», écrit Peter Kuma. Il intime l’ordre au « banni » de ne plus se présenter dans les médias « comme vice-président de l’Undp ».

La réplique de M. Bedzigui ne s’est pas faite attendre. Le 16 décembre, il a publié à son tour un communiqué dans lequel il déclare : « De notoriété publique nationale voire universelle, l’Undp et le PAL (Parti de l’alliance libérale) dont j'étais le président ont signé un accord de fusion par lequel, entre autre, M. Célestin Bedzigui à été désigné Vice-président, premier nommé, de l’Undp au Congrès de Ngaoundéré de janvier 1997 (…) L'appréciation de ces effets ne saurait donc se traiter par "un communiqué " du directeur de la communication du parti ou être débattue sur les réseaux sociaux tant qu’il ne s'agit pas de position déclarée et signée par l'un ou l'autre des signataires », raisonne l’ex-président du PAL.

Sylvain Andzongo

Dernière modification le mardi, 20 décembre 2016 10:19

PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants