Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
La compagnie portugaise Irmaos Mota Construçao aurait abandonné le transport urbain par bus à Yaoundé

La compagnie portugaise Irmaos Mota Construçao aurait abandonné le transport urbain par bus à Yaoundé

La réponse est :
Paru le lundi, 21 novembre 2016 21:12

Les mauvaises langues croient savoir que ce projet de transport dans la capitale camerounaise, n'était que vent…

Où sont les bus de la Coupe d’Afrique des nations (Can) de football féminin qu’organise le Cameroun du 19 novembre au 3 décembre 2016 ? C’est la question que se posent des Camerounais en se référant au communiqué du Premier ministre, Philémon Yang, qui informait le 24 août 2016 que le groupement portugais Eximtrans Sarl/Irmaos Mota a été déclaré adjudicataire du contrat de partenariat pour le financement, la fourniture et l’exploitation d’un système de transport urbain de masse par bus dans la ville de Yaoundé pendant la Can féminine et au-delà.

Les bus promis n’étant toujours pas visibles alors que la compétion africaine a débuté depuis plusieurs jours, les commentaires qui circulent font état de ce que le projet n’était qu’une chimère.

Célestin Hermann Tsambou, directeur général la nouvelle société de transport par bus dans la capitale du Cameroun, apporte des clarifications dans un communiqué le vendredi 18 novembre 2016. Il explique que, au terme des négociations avec le gouvernement de la République du Cameroun, un groupement Eximtrans/Irmaos Mota a effectivement signé le 30 août 2016, un contrat sous le mode partenariat public privé avec l’Etat du Cameroun, représenté par le ministre des Transports, Edgard Alain Mebe Ngo’o, et le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé, Gilbert Tsimi Evouna, portant la mise en place d’un système de transport urbain devant être opérationnel avant pendant et après la Can 2016 sur une durée de dix ans. Un projet a, à cet effet, été créé. Il s’agit de la société dénommée Société de transport et équipement collectif de Yaoundé (Stecy).

Ce contrat, qui est déjà effectif, explique Célestin Hermann Tsambou, a cependant connu un ajournement dans l’exécution de certaines composantes, principalement à cause du retard enregistré dans la mise à disposition de l’ancienne base Sotuc (Société de transport urbain du Cameroun) à Nlongkak, à Yaoundé. Laquelle était encore occupée jusqu’au mercredi 16 novembre 2016 par les employés de la défunte société « Le Bus » qui réclamaient le paiement des droits sociaux.

S’agissant d’une clause conditionnant le contrat, ajoute M. Tsambou, l’acheminement de la première tranche des bus au Cameroun, initialement prévu avant l’organisation de la Can 2016, n’interviendra qu’après cette échéance. « Pour pallier cette carence, Stecy a proposé une solution alternative, approuvée par le gouvernement, laquelle a permis, sans contrepartie pour le gouvernement, de mettre à la disposition du ministère des Sports et de l’éducation physique, dix bus VIP obtenus auprès des agences locales : Touristique Express, Finexs, Bucavoyages et Le Voyageur qu’elle a fait floquer aux couleurs des pays participants à la Can 2016, et actuellement stationnés sur l’esplanade de l’hôtel de ville de Yaoundé en attente de leur prise en main par le Minsep et le Cocan [Comité d’organisation de la Can] », écrit le Dg de la Stecy.

Il explique, que le système de transport urbain de masse étant appelé à desservir le public indépendamment des Can, les 150 autobus prévus dans le contrat à raison de cinquante bus à l’échéance décembre 2016 et le reste entre janvier et juin 2017, seront disponibles conformément au calendrier du déploiement. Le projet de transport urbain à Yaoundé n'a donc pas été abandonné. Mais, il a subi un retard...

Sylvain Andzongo

Dernière modification le lundi, 21 novembre 2016 21:13

PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants