Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Le Cameroun francophone aurait-il opté pour un Etat unitaire afin d’exploiter le pétrole du Cameroun anglophone ?

Le Cameroun francophone aurait-il opté pour un Etat unitaire afin d’exploiter le pétrole du Cameroun anglophone ?

La réponse est :
Paru le lundi, 23 janvier 2017 05:44

Ce serait la découverte du pétrole dans le Sud-Ouest qui aurait aiguisé l’appétit du Cameroun francophone qui a opté pour l’Etat unitaire en 1972.

L’actualité au Cameroun étant centrée actuellement sur les revendications des anglophones depuis octobre 2016, l'une des légendes qui est née celle selon laquelle Ahmadou Ahidjo, premier président du Cameroun, a préconisé le référendum de 1972 consacrant l’unité des deux Cameroun (anglophone et francophone) d’antan parce qu’il voulait faire main basse sur le pétrole découvert dans la zone anglophone de Limbe, dans le Sud-Ouest. Ce qui est contraire aux fait historiques ayant conduit à l’unification des deux parties du pays.

En effet, il existait jusqu’en 1972 un gouvernement fédéral dont les membres étaient appelés ministres et deux gouvernements fédérés dont les membres étaient des secrétaires d’Etat. Le pouvoir législatif était exercé par une Assemblée nationale au niveau fédéral et une assemblée législative dans chacun des Etats fédérés. Le Cameroun occidental avait en plus une Chambre des chefs. Donc, le pouvoir législatif avait quatre chambres. C’était beaucoup trop à faire fonctionner pour un jeune Etat indépendant le 1er janvier 1960.

Le Cameroun occidental (anglophone) avait un important déficit budgétaire, si on en croit Ahmadou Ahidjo. « On notera ensuite que le budget de l’Etat du Cameroun occidental, bien que la plupart des services aient été fédéralisés, connaît des difficultés, malgré une subvention d’équilibre de la Fédération, d’un montant de plus de deux milliards de francs, c’est-à-dire d’un montant s’élevant aux trois quarts environ de ce budget », avait éclairé le premier président du Cameroun, devant les députés de l’Assemblée nationale le 8 mai 1972 pour montrer les limites et les coûts du fédéralisme.

Traduction : C’est le Cameroun oriental (francophone) qui faisait fonctionner le Cameroun occidental. Une réalité qui a pesé de son poids pour décider les leaders anglophones à accepter l’Etat unitaire voulu par Ahidjo. Il ne s’agissait donc pas de l’exploitation du pétrole de la société nationale des hydrocarbures créée en 1980. Huit ans plus tard après le référendum du 20 mai 1972.

Sylvain Andzongo

Dernière modification le lundi, 23 janvier 2017 05:52

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants