Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Le Cameroun aurait mis au point une variété de palmiers à huile qui a plutôt profité à la Malaisie

Le Cameroun aurait mis au point une variété de palmiers à huile qui a plutôt profité à la Malaisie

La réponse est :
Paru le mercredi, 29 mars 2017 14:13

Entre temps, le gouvernement camerounais se trouve obligé d’importer chaque année environ 115 000 tonnes d’huile de palme.

 

 

Cela se raconte souvent comme une légende : « la Malaisie a profité des palmiers du Cameroun ». Mais on ne sait peut-être pas à quel point cette assertion est très proche des faits.

D’après le Centre d'analyse et de recherche sur les politiques économiques et sociales du Cameroun (Camercap-Parc) qui a présenté, le 28 mars 2017 à Yaoundé, une étude sur l’appropriation de la recherche dans le pays, il est confirmé que la Malaisie a effectivement profité des recherches faites par les chercheurs camerounais.

« Dans le cadre du projet d’amélioration de la productivité et de la compétitivité de la filière palmier à huile en Afrique centrale et de l’ouest (Aprocom-PH), les études menées sur la noix de palme dans les laboratoires de l’Institut des recherches agricoles pour le développement ont conduit à la mise au point d’une variété révolutionnaire permettant une production au bout de 4 ans », révèle Camercap.

Le think-tank camerounais ajoute : « L’exploitation de ces résultats a permis à certains pays d’Asie comme la Malaisie de se hisser comme grands producteurs mondiaux de l’huile de palme à notre détriment ».

Camercap-Parc note que le Cameroun se trouve obligé d’importer chaque année environ 115 000 tonnes d’huile de palme pour combler le déficit de sa production estimée à 270 000 tonnes et satisfaire la demande du marché intérieur qui se chiffre à 385 000 tonnes par an.

Sylvain Andzongo

Dernière modification le mercredi, 29 mars 2017 14:21

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants