Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Des hommes d’affaires exercent-ils une pression pour importer du sucre au Cameroun ?

Des hommes d’affaires exercent-ils une pression pour importer du sucre au Cameroun ?

La réponse est :
Paru le mercredi, 31 mai 2017 06:02

Il se raconte souvent au sein de l’opinion que des opérateurs économiques essaient d’obtenir du ministère du Commerce, l’autorisation d’importer du sucre sous le prétexte qu’il y a pénurie.

Ça ne peut plus être une légende si c'est le ministre du Commerce (Mincommerce) en parle ouvertement. Luc Magloire Mbarga Atangana a révélé au cours d’une visite, le 15 mai 2017 dans les magasins de stockage de la Société sucrière du Cameroun (Sosucam) à Mbandjock, qu’il ne comprend pas « la pression exercée par certains hommes d’affaires à faire lever l’interdiction des importations de sucre au Cameroun ». Le prétexte utilisé par ces opérateurs économiques, qu’il n’a pas voulu nommer, étant qu’il y a pénurie du sucre.

Et pourtant, a indiqué le membre du gouvernement, le magasin de Mbandjock de la Sosucam contient, ce mois de mai 2017, 8500 tonnes de sucre. Celui de Nkoteng, 32 000 tonnes. A Ngaoundéré c’est 1400 tonnes. Et à Douala, 11 000 tonnes. En plus de ces quantités stockées, il faudra ajouter 10 000 tonnes à produire d’ici la fin de la campagne sucrière au mois de juin prochain. En ajoutant également les 10 000 tonnes provenant des importations des agglomérées qui sont autorisées par le ministère du Commerce pour la fabrication du sucre granulé, on se retrouve autour de 50 000 tonnes de sucre disponibles. Des quantités suffisantes pour couvrir la demande du marché national jusqu’au mois de septembre.

Luc Magloire Mbarga Atangana a révélé que, ceux qui souhaitent la levée des importations du sucre sont à « la recherche du gain facile ». « Le marché du sucre est en chute libre sur le marché international. Les prix sont au plus bas. Et il est question pour eux d’acheter moins cher le sucre sur le marché international, et le revendre sur le marché national, tout en faisant beaucoup d’argent », affirmé le membre du gouvernement. Le Mincommerce a demandé plutôt à ces hommes d’affaires qui ont les moyens financiers pour importer le sucre de venir plutôt investir au Cameroun.

Sylvain Andzongo

Dernière modification le mercredi, 31 mai 2017 06:30

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants