Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Jean P. Bekolo en faveur de l’adaptation des œuvres littéraires du terroir pour rehausser le cinéma camerounais

Jean P. Bekolo en faveur de l’adaptation des œuvres littéraires du terroir pour rehausser le cinéma camerounais

Paru le lundi, 03 mai 2021 10:22

Dans une interview accordée au journal Repères le 3 mai 2021, Jean Pierre Bekolo est tout d’abord sans concession : « le niveau du cinéma camerounais est très bas. Ce n’est pas moi qui le dis. Tout le monde le dit. On est presque dans l'illettrisme. C'est-à-dire qu'on a des gens qui ne savent ni lire ni écrire, mais qui font des films. On est en train de consolider ça comme modèle. »  

Le réalisateur camerounais se convainc que l’adaptation des œuvres littéraires au cinéma permettra de rehausser le niveau du 7è art dans son pays. « Si 80 % des films à Hollywood, même en Europe, sont des adaptations, pourquoi nous n'allons pas chercher ces œuvres qui existent et des auteurs qui ont déjà produit des récits sur notre quotidien, pour aller croire à l'inspiration que nous ne voyons toujours pas », soutient-il.

Pour un début, ce dernier annonce que l’initiative va se limiter aux œuvres littéraires produites par la maison Ifrikiya. « Nous voulons nous assurer, si un cinéaste choisit une œuvre à adapter plus tard, que nous puissions payer les droits chez l’éditeur. Voilà pourquoi nous n’avons pas voulu trop ouvrir de peur d’avoir des droits trop chers et des éditeurs que nous ne contrôlons pas », justifie le réalisateur camerounais.

Connaisseur de l’Afrique

Le romancier et scénariste français Laurent Guillaume ne dit pas le contraire : « La plupart des projets sont liés à l’adaptation du roman. Des grandes séries télévisées, les films de cinéma, même les films de super héros sont basés sur les bandes dessinées. Des films qui sont réalisés sont basés sur le scénario original et l’autre moitié est basée sur des adaptations, qui est la majorité des projets du cinéma à l’heure actuelle ».

Jean Pierre Bekolo et Laurent Guillaume ont animé une session de formation en vue de l’adaptation des œuvres littéraires camerounaise au cinéma du 19 au 23 avril 2021 à l’Institut français du Cameroun. Au cours de cette session, il s’est agi pour Laurent Guillaume, qui présente l’avantage de connaître l’Afrique et travaille sur des séries diffusées sur Canal +, de jeter les bases et techniques de l'adaptation.

« Pendant un mois, nous allons travailler et quand il reviendra, nous allons passer à l'étape suivante jusqu'à aboutir à des scénarios qui sont professionnels et vendables à partir des œuvres littéraires camerounaises », explique Jean Pierre Bekolo.

D.M.  

 

Dernière modification le lundi, 03 mai 2021 10:24

● E-Arnaques


● Fact Cheking




Le maïs est la 3e denrée alimentaire produite au Cameroun, après le manioc et la banane plantain

InfographieAgro cameroun mais 2020

 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes