Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Le Bataillon d’Intervention Rapide s’implique dans des projets sociaux

Le Bataillon d’Intervention Rapide s’implique dans des projets sociaux

Paru le mardi, 03 novembre 2020 16:13

Des équipes du Bataillon d’Intervention Rapide (BIR) ont,  le 29 octobre dernier, offert des tables-bancs, fournitures scolaires et denrées alimentaires, dans deux établissements scolaires  de l’îlot de Manoka, situé dans l’arrondissement de Douala VI. Ce don devrait permettre à 496 élèves de suivre des cours dans des conditions normales.

Deux semaines auparavant, le BIR a rétrocédé une dizaine de salles de classe réfectionnées dans plusieurs écoles du département du Logone et Chari, dans l’Extrême-Nord. A cette occasion, il a offert 5000 manuels scolaires aux élèves. Pour le lieutenant-colonel Albert Félix Bias, il s’agit de « donner de l’espoir à la jeunesse, d’accompagner les populations auprès desquelles nous vivons et pour lesquelles nous nous battons ».

Depuis sa création en 1999, le Bataillon d’intervention rapide (BIR), unité d’élite de l’armée camerounaise, ne s’illustre pas seulement sur les fronts militaires à travers le Cameroun. Mais aussi par ses actions civiles, notamment dans le domaine de la santé et de l’éducation.

« Nous enseignons gratuitement là où le besoin d’enseignants se fait sentir, nous aidons à construire des écoles, nous faisons des dons de matériel didactique aussi bien aux enseignants qu’aux élèves », corrobore le chef de bataillon Guy Hervé Onambélé.

Enthousiasme des populations

« Cela nous encourage et permet aussi aux parents de se dire que comme le BIR accorde une grande importance à l’éducation de leurs enfants, ils doivent faire de leur mieux pour emmener leurs enfants à l’école », s’enthousiasme Djibrine Mahamat, une autorité traditionnelle.

Le 5 octobre 2020, les écoles primaires de Tourou, de Mozogo et d’Ashigashia dans le département du Mayo-Tsanaga, de Gancé et de Gouzoudou dans le département du Mayo-Sava ont rouvert leurs portes. Ces établissements scolaires d’une capacité globale de 25 salles de classe, entièrement détruits en 2014 par la secte terroriste Boko Haram, ont été réhabilités par le BIR. En plus des bâtiments, le BIR a offert des fournitures scolaires, du matériel didactique et des denrées alimentaires à ces établissements.

« Ces localités sont de véritables symboles pour nous », souligne le lieutenant-colonel Ndikum Azieh, commandant de la zone sud de l’opération Alpha du BIR, pour justifier le choix du haut commandement militaire de réhabiliter ces écoles et de viabiliser ces zones.

La Croix-Rouge camerounaise (CRC) et le BIR ont remis, le 6 mars 2020, 450 kits de toilettes hygiéniques et de produits d’entretien, du matériel agricole et des produits alimentaires aux détenus de la prison centrale de Nanga-Eboko, dans la région du Centre.

Une armée pour le développement

Le chef de bataillon Guy Hervé Onambélé justifie l’implication du BIR au côté de la CRC loin d’un champ de bataille par la volonté « de donner du BIR l’image, somme toute réelle, d’une armée qui est aux côtés des populations. Celle d’une force d’élite qui travaille pour le développement du Cameroun ».

A travers l’opération dénommée « Against blindness », le BIR a lancé par Waza, département du Logone et Chari dans l’Extrême-Nord, la prise en charge de la cataracte. Sur environ 150 malades consultés, 120 souffrant de cette pathologie ont été opérés. « Aujourd’hui, je vous vois. Je vois les arbres autour de moi. Je revois la lumière du jour, quoi de plus beau que cela », a réagi Adoum Abba, un septuagénaire bénéficiaire de l’opération à la télévision publique CRTV.

D’autres patients consultés et présentant d’autres pathologies oculaires (glaucome, conjonctivite allergique, trachome et amétropie) ont reçu des médicaments pour soulager leurs souffrances.

 « L’objectif est de montrer qu’on ne peut pas lutter contre l’insécurité seulement avec les armes. Mais aussi avec les actions concrètes de développement comme une telle campagne qui permettra à ceux qui ont perdu la vue de la recouvrer », souligne le médecin, lieutenant-colonel Hassan.

Le BIR mène aussi régulièrement des actions similaires dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, à travers des consultations sanitaires et la distribution des médicaments. Il apporte également une assistance humanitaire, en distribuant régulièrement des denrées alimentaires aux populations en butte aux affres de la crise sociopolitique qui secoue les deux régions depuis 2016.

Dominique Mbassi

Dernière modification le mardi, 03 novembre 2020 16:14

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes