Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Non, cette scène de sauvetage de bébé ne se déroule pas au Cameroun

Non, cette scène de sauvetage de bébé ne se déroule pas au Cameroun

La réponse est :
Paru le mercredi, 04 avril 2018 19:11

Ces images ont été partagées sur Facebook à plusieurs reprises laissant croire qu’il s’agit du Cameroun.

D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS),  3 avortements sur 4 pratiqués en Afrique ne sont pas sécurisés et environ 7 millions de femmes sont hospitalisées  chaque année à la suite d’un avortement à risque dans les pays en développement.

Le Cameroun n’est pas épargné par ces pratiques à risques, généralement effectuées dans la clandestinité. Les rubriques  des faits divers de certains médias au Cameroun, en rapportent fréquemment des cas.

Les avortements à risques sont pratiqués hors du milieu médical, dans certains cas par des jeunes filles qui n’ont pas de notions de méthodes contraceptives mais se retrouvent dans des situations de grossesses qu’elles ne peuvent ou ne veulent assumer, ou encore par celles qui ont des vies de couples irrégulières et instables.

11805-in-SBBC--FB_IMG_16201.jpg

Il y a celles qui ont recours à des méthodes moyenâgeuses impliquant l’absorption de produits chimiques, l’absorption de plantes,  la prise de médicaments (aspirine, nivaquine, antibiotiques, etc) ;  et il y a ces autres qui après termes abandonnent les nouveau-nés dans des terrains vagues ou dans des poubelles.

C’est probablement dans l’optique de décrier ces pratiques au Cameroun qu’une internaute publiera ce jour, des images  du sauvetage d’un nouveau-né  dans un groupe de discussion de la sphère Facebook camerounaise avec le message « Heureusement que ce petit ange est vivant… »; sans indication de lieu, ces images seront par la suite partagées à plusieurs reprises laissant croire à certains qu’il s’agit du Cameroun. Cette scène de sauvetage de nouveau-né par des sapeurs-pompiers ne se déroule cependant pas au Cameroun mais au Bénin ; dans la ville de Parakou dans le quartier Banikani.

Les premières publications sur le sujet apparaissent  sur le web et sur le réseau social Facebook, il y a deux jours avec l'unique message : « Bénin. Un nouveau-né jeté par sa propre mère dans un WC à Parakou quartier Banikani mais gloire à Dieu, le bébé a pu être sauvé ».

Bon à savoir

L'avortement est une pratique réprimée au Cameroun. Le Code pénal camerounais en son article 337 prévoit des sanctions lourdes à l’égard des personnes accusées de tels actes. Il existe cependant des exceptions dans l’article 339 du même Code; notamment en ce qui concerne les cas qui impliquent la nécessité de sauver la mère d’un péril grave pour sa santé ou encore lorsque la grossesse en question résulte d’un viol ou d’un inceste ; cela sous certaines conditions (à consulter ici à la section législation camerounaise).

Dernière modification le mercredi, 04 avril 2018 19:13

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants