Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
L’équipementier espagnol Kelme va accompagner la professionnalisation des athlètes camerounais

L’équipementier espagnol Kelme va accompagner la professionnalisation des athlètes camerounais

Paru le mardi, 04 mai 2021 17:20

Le 29 avril, la Fédération camerounaise d’athlétisme s’est engagée pour une durée de 4 ans avec l’équipementier espagnol Kelme. Dans le cadre cette collaboration l’équipe nationale d’athlétisme bénéficiera des formations, des stages de préparation et des facilités d’accès à des compétitions internationales, d’après les explications de Charles Kouoh Kotte, le secrétaire général de la Fédération camerounaise d’athlétisme.

En outre, un financement de 80 millions de FCFA sera également accordé à la fédération pour soutenir ses activités. Il est également prévu que soient versées aux athlètes des primes de performance en fonction de leur niveau atteint dans les compétitions internationales et de la visibilité qu’ils offrent à la marque.

Les premiers athlètes à bénéficier de cet accompagnement sont ceux qui seront engagés pour les Jeux olympiques à l’instar de Nganguele, qui a déjà validé son ticket pour la plus grande compétition sportive planétaire. Avant cela, l’on devrait voir les premières retombées de cet accord durant le Grand Prix international d’athlétisme de Douala qui se tiendra du 19 au 23 mai. Durant cette compétition, les officiels et certains athlètes arboreront des équipements de marque Kelme.

« Nous voulons aussi qu’ils soient dans les meilleures conditions possibles pour porter très haut, non seulement les couleurs du Cameroun, mais aussi celles de la marque Kelme », a souhaité Pierre Toukoulou, le CEO d’Africa Sport Holding, l’Agence représentant la marque Kelme en Afrique.

Si le contrat avec Kelme apporte comme un début de solution a plus de professionnalisme, il subsiste toujours des inquiétudes en ce qui concerne la gestion de cette discipline. Il s’agit notamment des divergences entre la fédération et le ministère des Sports, le retard dans le paiement des primes et des frais de déplacement lors des compétitions internationales, le manque d’infrastructures et bien d’autres problèmes qui ont amené les athlètes camerounais à s’engager sous d’autres drapeaux.

Une longue liste de défis qui traduisent bien le manque d’exploits que traverse la discipline au Cameroun depuis Françoise Mbango, double médaillée olympique.

Vanessa Ngono Atangana

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes