Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Non, la Fête du mouton n’aura pas lieu le 13 août 2019

Non, la Fête du mouton n’aura pas lieu le 13 août 2019

La réponse est :
Paru le lundi, 05 août 2019 14:49

Un message sur les réseaux sociaux prétend que la Tabaski sera célébrée à cette date au Cameroun cette année. Vraiment ?

Depuis la semaine dernière, un message partagé sur les réseaux sociaux prétend que la Fête du mouton sera célébrée mardi 13 août 2019 au Cameroun. Cette information est fausse.

La Commission nationale du croissant lunaire (Acic) a annoncé vendredi dernier que la Fête du mouton, encore appelée Tabaski ou Aïd el-Kebir, «sera célébrée le dimanche 11 août 2019, lendemain du samedi 10, jour de la station au Mont Arafat pour les pèlerins Hadj 2019», précise cette structure, seule habilitée à fixer le jour de cette fête, ainsi que le début et la fin du ramadan.

2239 sbbc

Par conséquent, le 11 août 2019 sera un jour férié, conformément à la loi du 7 décembre 1973 fixant le régime des fêtes légales dans le pays. Celle-ci dispose, dans son article premier, que «les jours de fêtes légales sont fériés et chômés» au Cameroun.

Les fêtes légales sont réparties en deux catégories : les fêtes légales civiles et les fêtes légales religieuses. La Fête du mouton rentre ainsi dans la catégorie des fêtes légales religieuses, au même titre que la fête de fin du ramadan, mais aussi l’Ascension, le vendredi saint, l’Assomption (15 août) et la Noël (25 décembre). Vu que cette année la Tabaski tombe un dimanche, le lendemain n’est pas automatiquement férié comme le croit l’imagerie populaire. «Il faut absolument un décret du chef de l’Etat instituant le lundi 12 août 2019 férié. Si ce n’est pas le cas, lundi sera un jour ouvrable», informe Me Bernard Keou, avocat au Barreau du Cameroun.

En effet, la loi précise que «lorsqu’une fête légale religieuse est célébrée un dimanche ou un jour férié, le président de la République peut, par arrêté, déclarer férié non chômé le jour consécutif» (article 3). Autrement dit, pas de «pont» le lundi. Ce principe s’applique uniquement lorsqu’il s’agit d’une fête légale civile, à savoir le jour de l’an (1er janvier), la fête de la Jeunesse (11 février), la fête du travail (1er mai) et la Fête nationale (20 mai). Dans ce cas précis, la loi dit, en son article 2, que «lorsqu’une fête légale civile est célébrée un dimanche ou un jour férié, le jour consécutif est assimilé à cette fête du point de vue des conditions de travail et de rémunération».

Patricia Ngo Ngouem

PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants