Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Non, l’hôpital Laquintinie ne refuse pas de soigner un certain Valentin Tchinda, blessé par balle

Non, l’hôpital Laquintinie ne refuse pas de soigner un certain Valentin Tchinda, blessé par balle

La réponse est :
Paru le mardi, 08 octobre 2019 16:14

Selon la rumeur, la formation hospitalière refuserait d’extraire une balle de la jambe du patient pour que celui-ci décède. Vraiment?

Les réseaux sociaux font actuellement état d’un « scandale à l’hôpital Laquintinie », à Douala. Selon un post, un dénommé Tchinda Valentin, blessé par balles, aurait été abandonné  par les médecins. Et que malgré toute la bonne volonté de sa famille à payer les frais afférents pour l’intervention chirurgicale rien n’a été fait. 

La direction de l’Hôpital Laquintinie apporte des éclairages. « Dans la journée du 08 septembre 2019, la police de la ville de Douala a déposé dans nos services d’urgences médico-chirurgicales, le nommé Tchinda Valentin qui présente une plaie par balle. Après ouverture du bon vert, c’est-à-dire la prise en charge d’urgence, un examen de radiologie de la jambe droite est fait et le diagnostic est connu : une fracture de la diaphyse fémorale », explique la direction. Elle ajoute que, le patient a été transporté en chirurgie, et des soins lui ont été administrés, à savoir : pansement et traction de la jambe. Le patient n’a donc pas été abandonné.

L’hôpital ajoute : «Il convient de préciser que dans le cas d’espèce, la balle n’est pas systématiquement extraite, car au plan chirurgical, cet acte peut être risqué et engagé le processus vital, vu sa localisation très proche des nerfs et des artères.».

Depuis une dizaine de jours, révèle la direction de Laquintinie, la cicatrisation est totale et la consolidation de la fracture en cours. Un avis de sortie lui a été même été délivré le 27 septembre 2019.

Par ailleurs, la police effectue des visites quotidiennes auprès de ce malade menotté par leurs soins et qui est sous leur responsabilité. « En définitive, la situation de ce patient est en instance auprès du procureur de la République», conclut l'hôpital.

SA

PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants