Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Non, toutes les auto-écoles au Cameroun ne sont pas agréées

Non, toutes les auto-écoles au Cameroun ne sont pas agréées

La réponse est :
Paru le lundi, 11 février 2019 14:16

Il se dit parmi la population que tous les établissements de formation à la conduite automobile opèrent de manière légale dans le pays. Vrai ?

Les auto-écoles qui opèrent au Cameroun ont l’autorisation de fonctionner. C’est du moins ce que pense l’imaginaire populaire. Sinon, comment comprendre que ces établissements de formation à la conduite automobile puissent exercer sereinement leurs activités au vu et au su des autorités publiques ? Et pourtant, toutes ne sont pas en règle. La preuve : plus de 100 auto-écoles à travers le territoire national viennent d’être suspendues par le ministère des Transports. Elles ont été «démasquées après examen des pièces de composition des dossiers d’agrément ; travail abattu dans le cadre de la réforme du circuit d’obtention du permis de conduire en cours, et dont l’un des objectifs est l’assainissement du fichier des auto-écoles du pays», indique un communiqué du ministre des Transports, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe, publié le 1er février dernier.

De faux documents ont été découverts dans les dossiers d’agrément introduits par lesdites auto-écoles, apprend-on. Ainsi, «au regard de la gravité des faits susmentionnés, le ministre des Transports a demandé l’ouverture d’une enquête approfondie et à titre conservatoire, décide de suspendre les agréments relatifs à la création desdits établissements de formation à la conduite automobile», précise le communiqué.

Les promoteurs de ces auto-écoles sont par ailleurs interdits d’activité. Cette mesure vise la sécurisation de l’ensemble du processus d’obtention et de délivrance des documents de transports, notamment le permis de conduire.

Une étude externe pour l’évaluation et l’actualisation de la stratégie nationale de prévention et de sécurité routière commandée par le gouvernement a en effet révélé que le facteur humain est l’une des principales causes des accidents au Cameroun. L’objectif recherché par les pouvoirs publics à travers la réforme en cours vise ainsi à mettre hors d’état de nuire les auto-écoles clandestines et s’assurer que tout candidat à l’examen du permis de conduire est passé par un établissement reconnu par les autorités compétentes.

P.N.N

Dernière modification le lundi, 11 février 2019 14:22

STOPBLABLACAM TV


Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants