Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Comment des escrocs se font passer pour des militaires pour soutirer de l’argent aux victimes

Comment des escrocs se font passer pour des militaires pour soutirer de l’argent aux victimes

Paru le vendredi, 11 juin 2021 13:17

Des escrocs se font passer pour des officiers militaires pour extorquer de l’argent à leurs victimes. Le 8 juin, la brigade de gendarmerie de New-Bell, appuyée par le Service central des recherches judiciaires (SCRJ), a interpellé un homme au quartier Ndogpassi à Douala. Ce dernier usurpait le titre et la fonction d’un officier de la gendarmerie en service dans les services centraux de la Gendarmerie nationale. Le suspect, un sergent-chef révoqué, aurait ainsi arnaqué de nombreuses personnes en se faisant passer pour l’officier en question.

Chose qu’il a avouée lors de son exploitation. « Il a révélé travaillées sur la base de la flotte téléphonique des armées avec un autre individu qui a également été interpellé », indique la Gendarmerie nationale. En effet, le faux officier militaire travaillait avec deux autres complices. Ceux-ci opéraient depuis la prison centrale de Douala où ils sont écroués. La perquisition effectuée à son domicile a permis la découverte et la saisie de six téléphones portables, selon la même source. Mi-janvier 2021, quatre malfaiteurs présumés, dont un militaire radié des rangs de l’armée, ont été arrêtés pour escroquerie et usurpation de titre.

Ils promettaient des avancements de grade au nom du secrétaire général de la Délégation générale à la Sûreté nationale (DGSN), Dominique Baya, et d’un colonel en service au ministère de la Défense (Mindef) contre rémunérations. En février, la compagnie de gendarmerie de Douala 2 a mis la main sur un escroc qui se faisait passer pour un sergent du Bataillon d’intervention rapide (BIR). Au moment de son arrestation, l’homme était habillé en soldat du BIR et portait une arme. En août 2020, un faux lieutenant de gendarmerie a été interpellé au quartier Nkolndongo, à Yaoundé. Soupçonné d’escroquerie, il promettait notamment des recrutements au sein des forces de défense et de sécurité contre d’importantes sommes d’argent.

P.N.N

Dernière modification le vendredi, 11 juin 2021 13:19

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes