Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Non, Monseigneur Victor Tonye Bakot n’est pas devenu mendiant

Non, Monseigneur Victor Tonye Bakot n’est pas devenu mendiant

La réponse est :
Paru le mercredi, 16 octobre 2019 03:11

Une correspondance sur les réseaux sociaux prétend que l’ancien archevêque de Yaoundé est déjà quasiment réduit à la «mendicité pour survivre». Vraiment ?

Une correspondance largement partagée sur les réseaux sociaux depuis quelques jours indique que l’ancien archevêque de Yaoundé, Monseigneur Victor Tonye Bakot, serait pratiquement devenu un mendiant, faute d’une prise en charge adéquate par l’Eglise catholique.

 «Monseigneur Victor Tonye Bakot, votre frère, a urgemment besoin d’un dispositif institutionnel lui permettant de couvrir ses besoins de santé, de logement et de subsistance. Il ne vit plus de charité mais presque de mendicité. Seule son humilité profonde ne le conduit pas à la déprime et le pousse inlassablement à tendre la main», écrit Albert Roland Amougou qui se présente comme «l’économe général honoraire» de l’archidiocèse de Yaoundé, dans une lettre adressée notamment au président de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun (Cenc), Mgr Samuel Kleda, par ailleurs archevêque de Douala.

L’auteur y affirme par exemple que le prélat, qui porte des prothèses suite à son accident de la circulation en mars 2008, ne bénéficie d’aucune pension d’invalidité. Faux, rétorque l’archevêché de Yaoundé. Ici, l’on affirme que les «dispositions décentes» ont été prises pour la «retraite paisible» de Mgr Bakot, qui a renoncé au gouvernorat du diocèse de Yaoundé en 2013. «Ces dispositions vont du paiement régulier de ses émoluments comme archevêque émérite de Yaoundé (ce titre est attribué par le pape à un évêque qui a démissionné de son office pour raison d’âge, de santé ou autre, Ndlr) jusqu’à la prise en charge de ses autres besoins incluant l’assurance santé, le salaire de son personnel d’appui (chauffeur, cuisinière et blanchisseuse)», assure l’actuel archevêque de Yaoundé, Mgr Jean Mbarga, dans un communiqué publié lundi 14 octobre 2019.

A cela, poursuit-il, il faut ajouter  «la générosité» des fidèles de l’archidiocèse de Yaoundé et d’ailleurs, ainsi que les interventions ponctuelles telles que la réparation des véhicules mis à sa disposition, l’achat ou la réparation. Selon Mgr Mbarga, aucune «négligence» en rapport avec la prise en charge de son prédécesseur n’a été portée à son attention depuis son arrivée à la tête de l’archidiocèse de Yaoundé en octobre 2014.

Il précise par ailleurs que l’économe de l’archidiocèse de Yaoundé est l’abbé Emmanuel Thaddée Abena, le seul à la diligence des dossiers financiers et de la prise en charge du personnel ecclésiastique en fonction ou en retraite. Par conséquent, Albert Roland Amougou, relevé de ses fonctions il y a un peu plus de 10 ans, ne saurait se prévaloir de ce titre dans ses prises de paroles, dit-il, appelant les fidèles à la vigilance.

L’archevêque dénonce «avec force et vigueur toute la manipulation médiatique orchestrée en ce moment (…) à des fins inavouées» autour de la situation actuelle de Mgr Bakot.

P.N.N

PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants