Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Les chefs traditionnels du Sud-Ouest opposés à la création d’une annexe de l’université de Buea à Akonolinga

Les chefs traditionnels du Sud-Ouest opposés à la création d’une annexe de l’université de Buea à Akonolinga

Paru le samedi, 21 août 2021 14:49

Dans un communiqué signé le 18 août la Conférence des chefs traditionnels du Sud-Ouest (SWECC) exprime son désaccord au sujet du projet de création d’une annexe de l’université de Buea à Akonolinga, dans le département du Nyong et Mfoumou, région du Centre. Pour l’autorité traditionnelle de l'université de Buea devrait d'abord être étendue à sa région d'opération, le Sud-Ouest afin de conserver son identité anglo-saxonne. De plus, l’organisation pense que ce projet pourrait attiser la crise actuelle qui, on se souvient, avait débuté sur une contestation relative au système éducatif.

Des raisons partagées par les habitants de la région qui multiplient les publications sur les réseaux sociaux pour contester le projet. Un mouvement de contestation également porté par les séparatistes anglophones.

Ces réactions font suite à une correspondance de l’université datée du 12 août. Le document portant convocation du sénat académique pour le 20 août inscrit en septième point de l’ordre du jour la question de la création d’une annexe de l’université de Buea à Akonolinga. En débat depuis quelque temps, le projet a commencé à se concrétiser en début d’année. Au mois de février dernier, il s’est tenu à Akonolinga une réunion de travail entre les autorités de la ville et les responsables de l’université. Deux mois plus tard, une autre réunion préparatoire a réuni les partenaires, cette fois à Buea.

En marquant son désaccord, le SWECC n’a pas manqué de faire des propositions sur la « décongestion » du campus de Buea, raison avancée par l’université pour justifier le projet. Le plan proposé par les chefs prévoit que chacun des départements accueille une faculté, ce qui devrait permettre à l’institution de garder son « identité ».

Les raisons de la délocalisation

« La faculté d’agriculture à Ekondo-Titi, dans le département de Ndian ; la faculté des pêches et études marines à Limbe, dans le département Fako ; l’école normale supérieure à Bangem, dans département Kupe Manenguba, l’école des mines et de géologie à Mamfe, dans le département de Manyu ; l’école de pharmacie et pharmacopée à Menji, dans le département Lebialem et la faculté d’ingénierie et de cyber criminologie à Kumba, dans le département Meme », indique le SWECC.

Le Pr Jean Pierre Mvondo Awono, chef de délégation de l’université de Buea a fait savoir que l’annexe sera consacrée aux études sur l’agriculture et de médecine vétérinaire. Pour l'universitaire, l'agronomie est une science de localité, ce qui explique le fait qu’elle puisse être délocalisée dans une ville comme Akonolinga qui est essentiellement agricole.

Ce n’est pas la première fois qu’une institution universitaire décide de créer une annexe dans une autre région. L’université de Douala a une annexe dans la ville de Kribi, région du Sud, l’université de Dschang est présente à Bambui dans la région du Nord-Ouest ou encore l’université de Ngaoundéré à Garoua dans la région du Nord

Vanessa Ngono Atangana

● E-Arnaques


● Fact Cheking




Les plus gros consommateurs de maïs du Cameroun (2020)

InfographieIC gros consommateurs mais cameroun

 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes