Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Non, le salon international Promote n'est pas la propriété privée de la Fondation Interprogress de Pierre Zumbach

Non, le salon international Promote n'est pas la propriété privée de la Fondation Interprogress de Pierre Zumbach

La réponse est :
Paru le jeudi, 22 novembre 2018 13:55

Promote bénéficierait, selon certains, de financements « illégaux ». Vraiment ?

Depuis quelques semaines, Pierre Zumbach, le président de la Fondation inter-Progress est indexé dans des publications qui tendent à faire croire que le salon international biennal Promote organisé à Yaoundé, est sa propriété privée. Et même, que M. Zumbach bénéficie « illégalement » des financements publics.

Une enquête auprès de la Fondation inter-Progress permet de constater que plusieurs contrevérités sont véhiculées au sujet de Promote. Le premier fait est que Pierre Zumbach et sa fondation ne sont pas les promoteurs de ce Salon. « Ce dernier est un projet du gouvernement camerounais, encouragé dès le départ par son excellence, monsieur le président de la République du Cameroun qui lui apporte dès sa première édition en 2002, son haut patronage », rectifie M. Zumbach, dans une mise au point le 19 novembre 2018.

Le second fait que, le ministre du Commerce est le mandant du gouvernement dans le cadre de cet évènement. La fondation inter-Progress en est le mandataire technique, spécialisée en évènementiel.

Troisièmement, pour chaque édition, la subvention de l’Etat est d'environ 200 millions de FCFA.

« L’Etat apporte ainsi aux entreprises qui viennent promouvoir leur talent à Promote une aide directe qui abaisse leur coût de participation et encourage les institutions régulatrices de l’économie à participer à cette grande rencontre du savoir-faire et de la dynamisation des affaires et de l’investissement privé », explique M. Zumbach.

Sylvain Andzongo

STOPBLABLACAM TV


PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants