Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Non, le Cameroun n'a pas abrogé la politique de l'équilibre régional dans les concours à la fonction publique

Non, le Cameroun n'a pas abrogé la politique de l'équilibre régional dans les concours à la fonction publique

La réponse est :
Paru le mercredi, 27 février 2019 16:58

Dans les concours administratifs au Cameroun, le système de quota par région n’existerait plus. Vrai ?

Le débat politique au Cameroun est animé actuellement par certains qui clament que l’équilibre régional dans les concours administratifs, en vigueur depuis plusieurs décennies, aurait été abrogé. Ce n’est pas vrai. Les faits pour le prouver existent.

En 2017, par exemple, les divers concours de recrutement à la Fonction publique ont permis, suivant des critères de mérite et d’équité de recruter, parmi les 22 140 candidats, 1773 camerounais de profils divers sur les 1906 postes mis en compétition, tout en sauvegardant l’équilibre régional, soit un taux de couverture de 93%. C’est ce que révèle le dernier rapport du ministère de la Justice sur les droits de l’homme au Cameroun.

Dans le détail, la région de l’Ouest tient la palme d’or avec 19% des candidats définitivement admis. En effet, le nombre de candidats venus de cette région du Cameroun était 7950, soit 36% du nombre total des postulants. A la fin, 337 candidats ont été reçus.

Le Centre vient en deuxième position avec 16% des candidats définitivement admis. Au départ, cette région avait 4172 dossiers de candidatures, soit 19% de l’effectif total des candidats. A la fin, 275 ont été retenus.

La région de l’Extrême-Nord est troisième avec 12% des candidats déclarés définitivement admis en 2017. Au départ, cette région a présenté 2438 candidats, soit 11% de l’effectif total des candidatures. A la fin, 221 personnes de cette région ont été retenues dans le processus de sélection.

Le Nord-Ouest vient en quatrième position. Cette région du pays avait au départ des concours, 1660 candidats, soit 7% de l’effectif des dossiers de candidature. Au bout du processus de recrutement, 223 personnes originaires de cette partie du pays ont été incorporées dans les rangs des fonctionnaires et agents de l’Etat.

Le cinquième c’est l’Est du Cameroun avec 9% des candidats définitivement admis. Dans le détail, cette région avait à peine 5% de candidats ayant déposé des dossiers pour les concours administratifs, soit 1205 candidats, mais à la fin, 152 postulants ont été retenus.

Le sixième dans l’ordre d’importance est le Littoral avec 8% des effectifs des fonctionnaires recrutés en 2017. Au début de ce processus de recrutement, il y a avait 1383 candidats originaires de cette région, soit 6% des postulants. Au final, 143 candidats ont été définitivement admis.

Le sixième exæquo c’est le Sud toujours avec 8% des candidats définitivement admis à la Fonction publique en 2017. Cette région du pays a présenté 1325 candidats au début du processus de recrutement, mais à la fin, 137 personnes ont été recrutées.

Le septième, c’est le Sud-Ouest avec 6% de candidats retenus à l’issue de toutes les phases de recrutement. Au départ,  cette région a présenté 735 candidats (3% des effectifs à ce stade de la compétition) et à la fin, 115 personnes ont été déclarées définitivement admises.

Le huitième dans ce ranking est le Nord avec 5% des candidats définitivement admis aux concours administratifs en 2017. A la base, cette région avait présenté 734 candidats (3% des postulants) et à la fin, 90 candidats ont été retenus.

Enfin, le huitième exæquo c’est l’Adamaoua avec 5% de candidats définitivement admis. Au départ, la région avait présenté aux concours 628 candidats, soit 3% des effectifs des postulants. En fin de compte, 80 représentants de la région ont été retenus.

Sylvain Andzongo

STOPBLABLACAM TV


PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants