Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Patrimoine de l’humanité : le Nguon en quête de reconnaissance mondiale

Patrimoine de l’humanité : le Nguon en quête de reconnaissance mondiale

Paru le mardi, 27 octobre 2020 15:31

Le Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel examinera, lors de sa 16e session en décembre prochain, le dossier de candidature du Nguon pour inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Le festival du peuple Bamoun est le tout premier élément culturel immatériel national soumis au Secrétariat de la convention de 2003 de l’Unesco. Le processus enclenché il y a un peu plus d’un an entre aujourd’hui dans sa phase opérationnelle.

Selon le ministère des Arts et de la Culture (Minac), la communication autour du Nguon doit permettre de cristalliser toutes les attentions autour de cet élément culturel immatériel, en présentant au grand public ses atouts les plus représentatifs. «Il s’agit cette fois de donner une plus grande visibilité à cet élément culturel de grande envergure qui fait la fierté de la communauté Bamoun en particulier, du peuple camerounais tout entier, voire de ceux au-delà du triangle national», affirme Esther Um, représentante du Minac, chef de la délégation du Comité technique national chargé du suivi des activités d’inscription du Nguon au patrimoine culturel immatériel.

Cette dernière a entamé une mission de travail à Foumban, chef-lieu du département du Noun (Ouest). Ce, dans le but de finaliser, avec le Comité technique local, les volets spécifiques du dossier du Nguon au patrimoine culturel immatériel constitué des monuments, des collections d’objets, des traditions et des expressions vivantes héritées des ancêtres et transmises aux descendants. Plus qu’un simple festival qui met en lumière les danses et les rites du peuple Bamoun, le Nguon est aussi et surtout porteur de valeurs d’humilité, de pardon, de fidélité et de patriotisme. «C’est précisément dans ce sens qu’il mérite d’être mieux connu, valorisé et sauvegardé», selon l’Unesco.

Aussi, son inscription sur la Liste représentative «contribuera à assurer sa visibilité, la prise de conscience de l’importance du patrimoine culturel immatériel et à favoriser le dialogue, reflétant ainsi la diversité culturelle du monde entier, témoin de la créativité humaine», affirme Mme Um.

P.N.N

Lire aussi:

À cause du coronavirus, le festival Nguon se met en mode virtuel

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes