Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Face la recrudescence de l’insécurité dans la région de l’Est, le BIR se mobilise

Face la recrudescence de l’insécurité dans la région de l’Est, le BIR se mobilise

Paru le mercredi, 28 octobre 2020 16:03

Après s’être éclipsés pendant longtemps, des bandes armées qui procèdent à des enlèvements refont parler d’elles depuis deux semaines sur la route Ndokayo-Ouanden-Ngoura, dans le département du Lom et Djérem.

Ces bandes armées ont signé leur retour à travers l’enlèvement du chauffeur d’un car de transport interurbain avec ses six passagers. Aussitôt, les populations à travers les groupes d’auto-défense dénommés « les flécheurs » ont organisé une battue dans la savane qui s’est soldée par la libération des sept otages et la récupération du véhicule, le 26 octobre 2020.

Les coupeurs de route sont revenus à la charge en tuant un habitant et en blessant son compagnon. Le Bataillon d’intervention rapide (BIR), une unité d’élite de l’armée, a alors lancé une chasse à l’homme, neutralisé un coupeur de route et capturé trois autres.

D’après des sources sécuritaires locales, il s’agit de groupes armés centrafricains en quête de financements. En effet, dans cette zone minière située non loin de la frontière centrafricaine, pullulent des chantiers d’exploitation artisanale de l’or.

C’est pour sécuriser cette zone frontalière que le président de la République avait déjà décidé, il y a sept ans, d’un « redéploiement stratégique du dispositif de sécurité et de défense du Cameroun dans certaines localités de l’Est ». Ce redéploiement s’est notamment traduit par la délocalisation du 11è Bataillon d’appui de Yaoundé pour Bertoua, la capitale régionale de l’Est, et la création de la base aérienne 102 dans la même ville.

D.M.

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes