Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Etat civil : le Bunec lance la numérisation par le Mfoundi

Etat civil : le Bunec lance la numérisation par le Mfoundi

Paru le jeudi, 02 décembre 2021 11:45

Le directeur général (DG) du Bureau national de l’état civil (Bunec), Alexandre Marie Yomo, a lancé la phase pilote de numérisation et d’indexation des archives de l’état civil du Cameroun dans le département du Mfoundi, siège de la capitale camerounaise, le 1er décembre 2021.

De manière pratique, au cours des six prochains mois 8 équipes seront déployées à travers tout le département pour numériser au moins 1 million sur les 2,5 millions d’anciens et nouveaux actes de naissance délivrés depuis 1920 à ce jour et recensés dans le Mfoundi.

« C’est une initiative indispensable au vu du contexte de décentralisation en cours. Ces données ne permettront pas seulement une sécurisation des actes d’état civil, mais serviront aussi pour les opérations électorales », précise l’ambassadeur et chef de délégation de l’Union européenne, partenaire du gouvernement dans cette opération.

Celle-ci est née de la volonté des pouvoirs publics de remédier à la faiblesse de l’enregistrement des naissances. D’après une enquête réalisée en 2014 par l’Institut national de la statistique (INS), le taux d’enregistrement des enfants de moins de 5 ans était de 66 % en 2014 contre 70 % en 2006.

Pour sa part, le Bunec note que le taux d’enregistrement des mariages est inconnu, tandis que moins de 10 % des décès sont enregistrés. Cette situation s’explique notamment par l’éloignement des centres, mais surtout par la faible connaissance des procédures.

« Le faible taux d’enregistrement des faits d’état civil constitue une réelle entrave à l’exercice de la citoyenneté et fait obstacle à l’acquisition de la personnalité juridique à la reconnaissance du statut et des droits humains spécifiques des femmes et des enfants, au droit à l’éducation, à la santé et au plein exercice du droit de vote », indique François Sorba, coordonnateur et régisseur du Programme d’appui à la citoyenneté active (Procivis).

L’opération de numérisation des actes d’état civil s’inscrit dans le cadre global du Projet d’amélioration du système d’état civil au Cameroun (Paseca) qui comporte 5 composantes. La numérisation et l’indexation des archives d’état civil constituent la dernière composante. Elle intervient après la mise sur pied non seulement du Bunec, mais aussi de 373 centres d’état civil principaux, 24100 centres d’état civil secondaires disséminés au Cameroun et dans les représentations diplomatiques du pays à l’étranger.

D.M.

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes