Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
La Crtv n’aurait pas réglé les droits d'un technicien qui a conçu les habillages des journaux du poste national

La Crtv n’aurait pas réglé les droits d'un technicien qui a conçu les habillages des journaux du poste national

Paru le jeudi, 04 mai 2017 05:42

Il se raconte que l'ardoise du média public camerounais s’élèverait à un montant de 50 millions de FCFA.

Les habitués de la place du ministère de la Communication à Yaoundé ont certainement vu avec étonnement au mois de janvier 2017, un monsieur organiser un sit-in. Il s’appelle Isidore Modjo et se présente comme un technicien. Celui-là même qui aurait réalisé les jingles du journal de 6h, de 9h, de 13h, de 20h du poste national de la Crtv, le média public. Au cours de son sit-in, M. Modjo réclamait des droits liés à l’exploitation de ses œuvres présumés.

En ce mois, de mai 2017, l’on en sait un peu plus sur les revendications de cet ingénieur du son de 54 ans. Car, dans une lettre datée du 29 mars 2017, le secrétaire général des services du Premier ministre, Magloire Séraphin Fouda, écrit au ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary. Objet : « Finalisation du contrat et paiement des droits de diffusion des œuvres de monsieur Isidore Modjo par la Crtv ».

Magloire Séraphin Fouda écrit : « Faisant suite à la concertation interministérielle tenue le 25 janvier 2017 relative à l’objet repris en marge, le Premier ministre me charge de vous demander d’instruire le directeur général de la Crtv de finaliser le projet de contrat-ci-joint et de verser à monsieur Isidore Modjo une rémunération de FCFA cinquante millions (50 000 000), dans les meilleurs délais, en contrepartie de la cession définitive et exclusive de l’ensemble des droits attachés à ses œuvres en exploitation par la Crtv ».

A la lecture de la lettre en provenance de la primature, il devient évident que M. Modjo dit vrai : la Crtv lui doit de l'argent. « C’était certes une collaboration informelle à l’époque de l’ancien directeur général Gervais Mendo Ze [aujourd’hui en prison pour une affaire de détournement présumé de deniers publics], mais la loi 2000 sur les droits d’auteur établit que lorsqu’une chaîne diffuse votre œuvre, elle doit vous verser vos droits. », martèle le plaignant. Qui annonce une reprise de son sit-in le 4 mai 2017 parce que n’ayant pas toujours été payé.

Sylvain Andzongo

Dernière modification le jeudi, 04 mai 2017 05:46

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam