Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Consommation : les propositions du Gicam au gouvernement pour éviter la hausse généralisée des prix

Consommation : les propositions du Gicam au gouvernement pour éviter la hausse généralisée des prix

Paru le lundi, 04 octobre 2021 11:07

Le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, et le Groupement interpatronal du Cameroun (Gicam), le plus important syndicat des patrons du Cameroun, ont planché sur la menace d’une hausse généralisée des prix le 1er octobre 2021 à Douala, la capitale économique.

Cette hausse, d’après le président du Gicam, Célestin Tawamba, est liée à la situation des entreprises confrontées au surenchérissement des prix, à l'annulation des commandes, à la baisse des stocks, à la rupture des approvisionnements entraînant des mises en congé technique voire des licenciements du personnel.

A cause des mesures de protection imposées par la pandémie de Covid-19 qui grèvent les coûts de production, le surenchérissement atteint à en croire le Gicam plus de 80 % pour le clinker, plus de 40 % pour le blé dur, plus de 65 % pour huile de palme, plus de 72 % pour les engrais et le maïs, etc.

« La situation est devenue incontrôlable et les entreprises camerounaises sont à bout de souffle », s’inquiète Célestin Tawamba, qui note que « la tendance haussière va persister jusqu'en 2022 sous l'effet de la poursuite post-Covid 19 ». Cette situation, se convainc le Gicam, impose des ajustements afin de « préserver la paix et maintenir le fragile équilibre industriel du Cameroun ». 

Pour permettre aux entreprises de faire face à cette situation, le Gicam prévoit soit une « répercussion intégrale de la hausse des coûts de production sur le prix de vente », soit « le partage des charges entre l'Etat, les entreprises et les consommateurs ». Même si les patrons admettent que le pouvoir d'achat des Camerounais est faible et qu’une répercussion du renchérissement des prix ne doit intervenir qu’en dernier ressort. 

Aussi le Gicam propose, entre autres mesures, des subventions partielles, des allègements fiscaux, la suspension des taxes parafiscales et de certaines taxes portuaires, la réadaptation des appuis Covid au secteur stratégique, la réactivation et/ou le maintien en 2022 des mesures exceptionnelles instaurées en 2021. 

« Le Cameroun est un pays qui importe massivement. Les préoccupations du secteur privé sont justifiées par les circonstances exceptionnelles sur le plan mondial. Nous allons trouver les solutions appropriées pour éviter une flambée des prix et des tensions sociales. Faites-moi des propositions précises que je répercuterai à qui de droit », a suggéré Luc Magloire Mbarga Atangana.

D.M.

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes