Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Non, le militaire interpellé à Mbandjock le 28 janvier 2020 à Mbandjock, n’était pas un trafiquant de bois

Non, le militaire interpellé à Mbandjock le 28 janvier 2020 à Mbandjock, n’était pas un trafiquant de bois

Paru le jeudi, 06 février 2020 15:28

Il paraît qu’au moment de son interpellation par le service des Eaux et forêts, ce membre de la Garde présidentielle transportait une cargaison de bois à son propre compte.

Sur une vidéo partagée dans les réseaux ces derniers jours, l’on voit un agent des Eaux et forêts qui interpelle un élément de la Garde présidentielle transportant du bois. Les deux personnes échangent mais, à un moment donné le ton monte. Estimant que le militaire serait en situation d’exploitation illégale de bois, l’agent des Eaux et forêts menace de saisir la cargaison. Sur la toile, les commentaires vont bon train : « On a attrapé un militaire trafiquant de bois » ; « Un homme en tenue voulait corrompre l’agent des Eaux et forêts », etc.

14487 sbbc

Seulement, Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la faune (Minfof), en personne dément toutes les rumeurs relatives à un éventuel trafic de bois. « Une incompréhension survenue le 28 janvier 2020 entre un agent de l’administration chargée des Forêts et un militaire de la Garde présidentielle au niveau de la barrière de contrôle de la localité de Mbandjock dans la Haute Sanaga a fait l’objet d’une vidéo, largement diffusée en ce moment dans les réseaux sociaux », explique le ministre.

Le membre du gouvernement révèle qu’au regard des conclusions des investigations menées par l’inspection générale du ministère sur cette affaire, le Minfof déplore « ce malheureux incident qui n’aurait jamais dû se produire pour une opération d’acquisition régulière de bois légal au bénéfice du Centre d’instruction de la Garde présidentielle ».

S.A

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam