Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Gouvernance publique : le DG de Camair-Co sur le départ

Gouvernance publique : le DG de Camair-Co sur le départ

Paru le lundi, 08 juin 2020 14:17

Le gouvernement a lancé, depuis quelque temps, des consultations devant aboutir à la désignation d’un nouveau directeur général (DG) à la Cameroon Airlines Corporation (Camair-Co). Selon Investir au Cameroun, Charles Tawamba, ancien administrateur provisoire de la Campost, consulté, a décliné l’offre.

Un désaveu pour l’actuel DG, Louis Georges Njipendi Kuotu, qui éprouve beaucoup de peine à faire accepter son plan de sauvetage de l’entreprise, dont les difficultés financières ont été aggravées par la pandémie de Covid-19.

« Face à l’arrêt de nos activités et après avoir évalué objectivement la pertinence de l’ensemble des possibilités qu’offre la législation en la matière, il est apparu nécessaire d’élaborer un plan de mise en congé technique d’une partie du personnel pour une période de trois mois renouvelable le cas échéant », écrit le DG au personnel le 5 mai.

Ce plan, qui devait être mis en œuvre à compter du 8 juin, concerne 371 employés, et au premier chef les personnels dont l’activité est directement impactée par la suspension de l’exploitation.

Dans une correspondance adressée au ministre des Transports le 23 avril, Louis Georges Njipendi Kuotu DG précise que les 206 personnels qui resteront en poste « s’attèleront à la gestion des affaires courantes, à la maintenance de tous les aéronefs (…), à la recherche des solutions aux différents problèmes conjoncturels et structurels de la Camair-Co ». Le coût prévisionnel de cette mesure, dont la mise en œuvre est tributaire de l’appui financier du ministère des Finances, se chiffre globalement à près 1,5 milliard de FCFA.

Mais le président du conseil d’administration note que la concertation avec le collectif des syndicats nationaux des transports aériens n’a pas abouti à l’élaboration consensuelle du plan de relance des activités de la compagnie. Aussi demande-t-il au DG, dans une correspondance datée du 5 juin, « de transmettre l’ensemble de ce dossier pour avis au prochain conseil d’administration, avant de procéder à la mise au chômage technique de près de 65% du personnel ».

Dominique Mbassi

Dernière modification le lundi, 08 juin 2020 14:24

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam