Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Port de Limbe : une réforme aux enjeux économiques et politiques

Port de Limbe : une réforme aux enjeux économiques et politiques

Paru le dimanche, 10 mai 2020 19:10

La réforme du port de Limbe dans la région anglophone du Sud-ouest est désormais actée. Deux décrets portant réorganisation et approbation des statuts de cette structure ont été signés le 5 mai dernier par le président de la République Paul Biya. « La réorganisation du port de Limbe va permettre la mise en place de ses organes sociaux, sa construction, son fonctionnement », commente le ministre des Transports, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe.

Ainsi, cette réorganisation confie « la gestion, l’aménagement, la promotion et le marketing du domaine public portuaire de Limbe » au Port autonome de Limbe (PAL), qui est désormais une société à capital public ayant l’État comme unique actionnaire. Cependant, le décret présidentiel précise que l’actionnariat du PAL peut être ouvert à d’autres entités publiques ou privées.

La tutelle de cette société d’État dont le siège social se trouve à Limbe, est assurée à deux niveaux. D’une part la tutelle technique attribuée au « ministère en charge des affaires portuaires » et la tutelle financière confiée au ministère des Finances d’autre part. Aussi, le PAL comprend une assemblée générale, un conseil d’administration formé de 12 membres et une direction générale, pour l’instant non pourvus.

Outils de conquête

Grâce à sa proximité avec le Nigeria, le port de Limbe devrait permettre de doper les échanges avec ce pays, un marché d’un potentiel de 200 millions de consommateurs. De plus, avant la crise anglophone qui secoue le Cameroun depuis fin 2016, un peu plus de 12% des importations du Cameroun provenaient du Nigeria qui se positionne alors comme étant le deuxième fournisseur du pays, derrière la Chine (19,4%) et devant la France (10,3%). Selon ces statistiques officielles de 2015, la valeur des exportations du Cameroun vers le Nigeria se chiffre à 25,1 milliards de FCFA, contre 433,2 milliards de FCFA pour les importations.

Mais au-delà de ces échanges commerciaux avec le Nigeria, la réforme du port de Limbe permettra également « la création des milliers d’emplois directs et indirects », se félicite Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe.

Enjeux politiques

Pour nombre d’observateurs, les actes présidentiels du 5 mai dernier constituent également un message politique destiné aux populations des régions anglophones. Cette lecture semble partagée même par certains membres du gouvernement à l’instar du ministre Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe des Transports. « La signature hier (5 mai 2020 : NDLR), par le chef de l’État, des textes organisant le Port autonome de Limbe est la preuve que les recommandations du Grand dialogue national rentrent dans leur phase d’implémentation pour le bien des populations du Sud-Ouest et des opérateurs économiques », soutient-il sur son compte Twitter.

En effet, dans le sentiment de marginalisation exprimé par des ressortissants des régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, il y a une dimension économique. Des mouvements politiques acquis aux idéaux du fédéralisme critiquent notamment les politiques d’aménagement du territoire conçues et mies en œuvre par le pouvoir « centraliste » de Yaoundé.

Dans cette frange de l’opinion, le programme des « Grandes réalisations » impulsé par le chef de l’État, Paul Biya, aurait marginalisé les anglophones en priorisant le développement des infrastructures situées dans la partie francophone. Ainsi la construction du port de Kribi au lieu du port de Limbe ; le développement des barrages de Memve’ele, Mékin et Lom Pangar avant le barrage de la Menchum (Nord-ouest)… seraient mal perçus dans le Nord-ouest et le Sud-ouest.

De ce point de vue, la réforme du port de Limbe constituerait un contre-pied… surtout si les fruits tiennent la promesse des fleurs en accélérant la réalisation de cette infrastructure portuaire dont le projet de construction est en veille depuis plusieurs décennies.

Baudouin Enama

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes