Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Non, le gouvernement camerounais n'a pas annulé le concours de la police, session d'août-septembre 2017

Non, le gouvernement camerounais n'a pas annulé le concours de la police, session d'août-septembre 2017

La réponse est :
Paru le lundi, 11 juin 2018 17:30

Certains racontent que c’est parce que l’Etat n’a plus d’argent pour payer les fonctionnaires que les nouveaux élèves-policiers n’iront plus en formation à Mutengene, dans le Sud-ouest.

Divers concours d’entrée à la Police ont eu lieu entre le 5 août et le 2 septembre 2017. Cela fait déjà près dix mois. Pourquoi les résultats ne sont-ils toujours pas disponibles ?

Le concours a-t-il été annulé comme l’affirme la rumeur ? Réponse à la presse de Martin Nguele, délégué générale à la Sûreté nationale (DGSN) : « Il y a lieu de balayer toute suspicion ».

Le DGSN explique que, la délégation générale à la Sûreté nationale a été autorisée à recruter 5020 élèves-gardiens de la paix au lieu de 3000, comme lors des précédents concours. Par conséquent, il s’imposait de réajuster les prévisions en ce qui concerne les effets d’habillement, les outils didactiques et la remise à niveau des infrastructures d’accueil dans les centres de formation de la Sûreté nationale.

Martin Mbarga Nguele ajoute : « Il était par ailleurs nécessaire d’éviter que les candidats définitivement admis traînent encore dans les quartiers avant de rejoindre les centres de formation. C’est ce qui explique principalement la publication relativement tardive des résultats d’admissibilités à ce concours, qui étaient disponibles, il convient de le préciser, deux semaines après les épreuves écrites ».

En définitive, le concours de la police n’est pas annulé. Mais, en raison du nombre élevé de places disponibles et la mise à niveau des infrastructures d’accueil à Mutengene, dans le Sud-ouest, l’on note un retard dans la publication des résultats.

S.A

STOPBLABLACAM TV


Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants