Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Oui, un militant du parti Univers a été tué à Mbankomo, dans une altercation familiale

Oui, un militant du parti Univers a été tué à Mbankomo, dans une altercation familiale

Paru le mercredi, 12 février 2020 10:20

Certaines affirment qu’un sympathisant de ce parti de l’opposition a été tué dans cette commune de la région du Centre, au cours d’un meeting de campagne en vue du double scrutin du 9 février dernier. Est-ce vrai ?

La campagne électorale en vue du double scrutin législatif et municipal du 9 février dernier entaché par un décès ? C’est du moins ce qu’il se raconte. En effet, des informations relayées par des médias et sur les réseaux sociaux affirment qu’un militant du parti Univers aurait été «tué» le 4 février dernier à Mbankomo, commune de la région du Centre située à 25 kilomètres de Yaoundé. Vraiment ? Il se trouve que c’est vrai.

Le président de la commission communale de campagne du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc, au pouvoir) à Mbankomo, François Xavier Etoa, confirme effectivement la mort «d’un militant d’un parti de l’opposition en compétition» dans cette commune.

13120 sbbc

 

Ce dernier dément cependant toute implication de son parti dans ce décès, alors que des rumeurs prétendent que le militant en question a été tué par un partisan du Rdpc. «L’auteur de la violence ayant entrainé [cette] mort n’est pas un militant du Rdpc. Les blessures mortelles procèdent d’une altercation privée, familiale entre un neveu et son oncle», affirme M. Etoa, dans un communiqué rendu public le 5 février dernier.

Du côté du parti Univers, on confirme que le défunt était bien «un militant sympathisant» du parti. «C’était un de nos militants sympathisants. Il préparait une descente de nos candidats sur le terrain dans le cadre de la campagne électorale. Il y a eu une altercation au cours de laquelle il a été tué à coups de machette», confie le président du parti Univers, Prosper Nkou Mvondo, joint au téléphone depuis Ngaoundéré où il se trouve. Selon le leader de cette formation politique, le présumé agresseur est un parent de la victime, mais également un «président ou ancien président du comité de base» du parti au pouvoir. «Comme cela se passe dans tous les villages où il y a des partis d’opposition qui s’installent, des familles se divisent sur le plan politique. Maintenant, nous ne connaissons pas l’origine de l’altercation ayant entraîné cette mort d’homme. Les enquêtes policières pourront dire exactement ce qu’il en est», affirme M. Nkou Mvondo.

P.N.N

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes