Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
BIP 2021 : bien qu’en hausse, le taux d’exécution demeure faible

BIP 2021 : bien qu’en hausse, le taux d’exécution demeure faible

Paru le vendredi, 12 novembre 2021 11:17

Le taux d’exécution physico-financière des projets prévus dans le budget d’investissement public (BIP) de l’exercice en cours, doté d’une enveloppe de 1352 milliards FCFA, s’élève à 54,16 % au 30 septembre 2021. Cette évaluation a été faite au cours de la première session d’évaluation du Comité national de suivi de l’exécution physico-financière de l’investissement public tenue le 10 novembre.

Une performance en hausse par rapport à la même période lors de l’exercice précédent, quand le taux se situait à 34 % environ. L’Adamaoua fait office de meilleur élève avec un taux d’exécution de 76,39 %, contre 44,99 % pour le Nord-Ouest qui ferme le classement des régions.

« Depuis un moment, nous gardons la barre haute en maintenant notre performance. Que ce soit au niveau des collectivités territoriales décentralisées ou des crédits délégués aux services déconcentrés, nous gardons toujours le flambeau. Nous sommes une zone handicapée et pauvre. C’est pour cela que nous y mettons du nôtre pour que l’exécution soit faite à temps », justifie le président du Comité régional du suivi du BIP de l’Adamaoua, Mohamadou Mahdi.

Même si le taux d’exécution du BIP est en hausse sur le plan national, les experts du Comité national admettent qu’il demeure faible. A les en croire, l’exécution des projets est plombée notamment par la mise à disposition tardive des dossiers d’appels d’offres ou le paiement tardif des décomptes qui ne favorise pas l’engouement des prestataires.

D.M.

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes