Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Dépenses salariales : malgré les efforts de rationalisation, le Cameroun peine à respecter la norme Cemac

Dépenses salariales : malgré les efforts de rationalisation, le Cameroun peine à respecter la norme Cemac

Paru le mardi, 13 avril 2021 09:55

Le document annexe de la loi de finances 2021, qui passe au scanner la situation de la rémunération des agents publics, établit qu’au 30 juin 2020, l’État a déboursé 516,7 milliards FCFA pour la rémunération de ses personnels. À cette date, cette masse salariale globale représente 41,4% des recettes fiscales.

Or, la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cemac), dans le cadre du dispositif de surveillance multilatérale visant à assurer la convergence économique de ses six États membres (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad), fixe le plafond du ratio de soutenabilité de la masse salariale, mesuré par le rapport entre les dépenses de personnel et les recettes fiscales, à 35%.

Depuis 2011, le ratio de la soutenabilité budgétaire de la masse salariale, sorte de mesure de la capacité de l’État à assurer durablement le paiement des salaires de ses agents sans accroitre le stock de sa dette, a épousé une courbe baissière, passant de 44,4% cette année-là à 36,5% en 2019.

« Les efforts de rationalisation des dépenses de personnels à travers l’assainissement continu du fichier solde, ainsi que la dynamique de mobilisation des recettes fiscales, ont permis d’améliorer progressivement le ratio de soutenabilité de la masse salariale », justifie le document annexe de la loi de finances.

Mais, alors que le pays est tout proche de la norme Cemac, voilà que survient la pandémie de Covid-19 en 2020 qui ramène le ratio à 41,4% en réduisant notamment les recettes fiscales. D’après la direction générale du budget, si le gouvernement veut stabiliser la variation du ratio de soutenabilité de la masse salariale, il doit renforcer davantage les mesures de rationalisation au cours de l’exercice 2021.

Surtout si le Cameroun veut demeurer le modèle en la matière. En 2019 par exemple, la moyenne communautaire de ce ratio se situe à 44,6%. Par pays, la République centrafricaine réalise une performance de 60,3%, contre 57,7% pour le Congo, 52% pour le Gabon, 34% pour la Guinée équatoriale et 75,3% pour le Tchad.

D.M.

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes