Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Des entreprises sommées de reprendre des chantiers abandonnés entre 2018 et 2019

Des entreprises sommées de reprendre des chantiers abandonnés entre 2018 et 2019

Paru le vendredi, 14 août 2020 06:59

Dans un communiqué signé le 30 juillet 2020, le ministre des Marchés publics (Minmap), Ibrahim Talba Malla, donne 21 jours calendaires à 89 entreprises ayant abandonné au total près de 170 marchés au cours des exercices 2018 et 2019, pour reprendre leurs prestations.

Sur les neuf marchés concernant les administrations centrales, sept n’ont connu aucun début d’exécution, alors que les deux autres ont été abandonnés au ministère de la Défense sur un taux de réalisation de 10% et de 24%, alors même que les prestataires avaient reçu une avance de 50%, soit respectivement plus de 45 millions et 22,5 millions.

Les autres marchés publics ont été passés dans trois régions. L’Ouest totalise 135 chantiers abandonnés, 15 pour le Nord et 18 pour l’Est, dont une dizaine attribuée à une seule entreprise. Les motifs invoqués par le communiqué sont : site non disponible, non mobilisation du prestataire, défaillance de l’entreprise, etc.

À en croire une source interne au Minmap, les abandons de marchés publics ne concernent pas seulement ces trois régions. La preuve : Ibrahim Talba Malla invite les maîtres d’ouvrage et maîtres d’ouvrage délégués « qui n’ont pas encore réagi de lui faire remonter, dans un délai de dix jours, la liste des entreprises défaillantes ».

Cette action du Minmap s’inscrit dans le cadre du processus d’assainissement du secteur des marchés publics et de la lutte contre le phénomène des marchés abandonnés.

Pour les entreprises qui n’auront pas repris les chantiers dans le délai imparti, menace Ibrahim Talba Malla, « l’autorité chargée des marchés publics procédera à la résiliation pure et simple desdits contrats ». Au-delà de la résiliation, le Minmap agite l’exclusion des prestataires défaillants de la commande publique pour une période de deux ans.

« Ce n’est pas la première fois que les entreprises sont sommées de reprendre les marchés publics abandonnés. Il est même régulièrement arrivé que des entreprises soient exclues de la commande publique. Sauf que quelque temps après les mêmes opérateurs sont désignés pour exécuter des marchés après avoir juste changé le nom de l’entreprise », oppose un acteur du secteur.

Dominique Mbassi

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam