Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
L’Etat a presque doublé le nombre de ses agents au cours des 10 dernières années

L’Etat a presque doublé le nombre de ses agents au cours des 10 dernières années

Paru le lundi, 15 mars 2021 11:06

D’après le document annexe de la loi de finances 2021, le nombre des agents de l’Etat a évolué de 197 471 en 2010 à 340 957 en juin 2020. Si cette évolution a épousé une courbe ascendante pendant tout ce temps, elle s’est infléchie entre 2018 et 2019, chutant de 321 917 à 319 110, en raison de l’assainissement du fichier induit par l’opération de Comptage physique du personnel de l’Etat (Coppe).

Cette augmentation exponentielle du nombre d’agents de l’Etat résulte surtout des recrutements spéciaux devenus récurrents ces dernières années, comme celui de 25 000 agents en 2012. Au cours cette période, la palme d’or revient à l’enseignement secondaire avec 59 549 nouvelles recrues, suivi de l’armée avec un effectif de 43 224.

D’après une étude sur la soutenabilité de la masse salariale réalisée en 2018 par le ministère des Finances, cette augmentation exerce une pression budgétaire importante. « L’analyse de l’évolution des dépenses de personnel au cours des 10 dernières années permet de constater que la masse salariale payée aux agents publics dans le budget de l’Etat croit annuellement de 5,6 % en moyenne », note l’étude. Elle est passée de 681,4 milliards de FCFA en 2011 à 1010 milliards de FCFA en 2019.

5900 nouvelles recrues par an

La même étude révèle que l’augmentation des effectifs constitue la principale source d’accroissement de la masse salariale. D’après ses conclusions, en tablant sur une croissance économique de l’ordre de 4,5 % au cours des prochaines années, il importe de plafonner chaque année les nouveaux recrutements à 5900 pour un volume de crédits budgétaires de 9,2 milliards FCFA si l’on veut garantir la soutenabilité budgétaire de la masse salariale.

La rationalisation des dépenses des personnels et la maîtrise de la masse salariale, afin de garantir la viabilité des finances publiques, passent par la stricte application de trois principales mesures d’assainissement. L’annexe de la loi de finances cite en premier lieu « la notification systématique des suspensions temporaires ou définitives des agents publics dans le cadre, soit des sanctions disciplinaires, soit des cas de détachement, des mises en disponibilité, des démissions, des retraites anticipées, ou des décès ». Les autres solutions, soutient le document, ce sont la libération systématique des personnes retraitées conformément à la réglementation en vigueur, et le respect des plafonds de crédits soutenables réservés aux nouvelles recrues.

Dominique Mbassi

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes