Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Non, le chef de l'Etat du Cameroun n'est pas obligé de passer par les conseils ministériels pour définir la politique de la nation

Non, le chef de l'Etat du Cameroun n'est pas obligé de passer par les conseils ministériels pour définir la politique de la nation

La réponse est :
Paru le mardi, 17 juillet 2018 10:01

Selon certains, la non tenue ou l’irrégularité des conseils ministériels sont anticonstitutionnelles au Cameroun. Vrai ? 

L’on entend souvent au sein de l’opinion camerounaise des critiques au sujet de la tenue ou non, des conseils ministériels par le chef de l’Etat. Seulement, beaucoup ne savent pas qu’en réalité, le président de la République du Cameroun n’est obligé de passer par les conseils ministériels pour définir la politique de la nation.

 Bernard Messengue Avom, ancien membre du gouvernement, l’a bien expliqué le 28 juin dernier à Yaoundé. C’était au cours d’un séminaire des chefs de structure et des chargés de mission des services du Premier ministre.

Pour ce qui est de la périodicité des conseils ministériels, Bernard Messengue Avom a préalablement rappelé qu’étant dans un régime constitutionnel présidentiel, le Président de la République du Cameroun « définit la politique de la nation par divers canaux, sans être obligé de passer par les conseils ministériels, tel qu’on peut par exemple l’observer dans le régime parlementaire français ». Les critiques ne devraient donc plus avoir lieu au regard de ce que prévoit la constitution. 

Quant aux conseils de cabinet, qui se tenaient deux fois par mois par le passé, ils ont désormais une périodicité mensuelle du fait des nombreuses autres réunions interministérielles que le Premier ministre préside régulièrement. Ceci dans le cadre du suivi et de l’évaluation de la mise en œuvre par le gouvernement, de la politique définie par le président de la République. 

S.A

STOPBLABLACAM TV


PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants