Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Non, la police du campus de l'université de Yaoundé I n'a pas bastonné un étudiant à mort

Non, la police du campus de l'université de Yaoundé I n'a pas bastonné un étudiant à mort

La réponse est :
Paru le mercredi, 17 octobre 2018 19:33

Certains disent que le défunt, le jeune Nguefack Zekeng Valery Rochinel, était lui-même étudiant à l'université de Yaoundé I.

L’affaire a fait grand bruit depuis quelques semaines. Sur les réseaux sociaux, l’on a lu que la police du campus de l’université de Yaoundé I (UY I) aurait bastonné à mort un étudiant de ladite institution universitaire.

Stopblablacam s’est rapproché des sources à l’UY I. Ces dernières expliquent qu’il y a eu effectivement un incident s'étant suivi de mort d'homme le 28 septembre 2018 à  la Faculté des sciences de l'université de Yaoundé I. 

Njikam Mohammed a été cité comme « appartenant  à la police du campus de l’UY I », responsable des coups et blessures ayant entraîné le décès du jeune Nguefack Zekeng Valery Rochinel.

« Contrairement à certaines allégations, l'intéressé [Njikam Mohammed] a plutôt, à  un moment donné, exercé comme personnel temporaire chargé de l’entretien des amphithéâtres  de la Faculté des sciences. Statut qu’il a perdu par décision du Recteur N 018-0513/ UYI/DAAF/DAAPA/SPA du 20 juin 2018 portant résiliation de son contrat de travail pour faute lourde », éclaire Benoit Dubois Onana, chef de service de l’information et des conférences, à l’UY I.

Contrairement aux allégations sur les réseaux sociaux, précise la source, le défunt lui-même n’était plus étudiant à l’université de Yaoundé I au moment des faits. Il était inscrit en première année Biosciences de la Faculté des Sciences  au cours de l’année académique 2016-2017, il y a deux ans.

Cependant, contre toute attente, il disposait d’une carte d’étudiant de l’ISTAG de l’année académique 2017-2018 sous le matricule 17C8C804-RES. « Au sens strict, au moment de son décès, ce jeune n’est pas connu des effectifs de l’Université de Yaoundé I », précise M. Onana.

Des sources fiables révèlent qu’une plainte a été formellement déposée par le chef de l’Institution, Aurélien Sosso, le jour même où les faits se sont produits au Commissariat du Vème arrondissement de Yaoundé, qui l’a transmise à la Direction de la Police Judiciaire du Centre.

Une enquête judiciaire est en cours afin de déterminer les circonstances et les responsables de cet accident mortel.

S.A

STOPBLABLACAM TV


Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants