Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Non, la police du campus de l'université de Yaoundé I n'a pas bastonné un étudiant à mort

Non, la police du campus de l'université de Yaoundé I n'a pas bastonné un étudiant à mort

La réponse est :
Paru le mercredi, 17 octobre 2018 19:33

Certains disent que le défunt, le jeune Nguefack Zekeng Valery Rochinel, était lui-même étudiant à l'université de Yaoundé I.

L’affaire a fait grand bruit depuis quelques semaines. Sur les réseaux sociaux, l’on a lu que la police du campus de l’université de Yaoundé I (UY I) aurait bastonné à mort un étudiant de ladite institution universitaire.

Stopblablacam s’est rapproché des sources à l’UY I. Ces dernières expliquent qu’il y a eu effectivement un incident s'étant suivi de mort d'homme le 28 septembre 2018 à  la Faculté des sciences de l'université de Yaoundé I. 

Njikam Mohammed a été cité comme « appartenant  à la police du campus de l’UY I », responsable des coups et blessures ayant entraîné le décès du jeune Nguefack Zekeng Valery Rochinel.

« Contrairement à certaines allégations, l'intéressé [Njikam Mohammed] a plutôt, à  un moment donné, exercé comme personnel temporaire chargé de l’entretien des amphithéâtres  de la Faculté des sciences. Statut qu’il a perdu par décision du Recteur N 018-0513/ UYI/DAAF/DAAPA/SPA du 20 juin 2018 portant résiliation de son contrat de travail pour faute lourde », éclaire Benoit Dubois Onana, chef de service de l’information et des conférences, à l’UY I.

Contrairement aux allégations sur les réseaux sociaux, précise la source, le défunt lui-même n’était plus étudiant à l’université de Yaoundé I au moment des faits. Il était inscrit en première année Biosciences de la Faculté des Sciences  au cours de l’année académique 2016-2017, il y a deux ans.

Cependant, contre toute attente, il disposait d’une carte d’étudiant de l’ISTAG de l’année académique 2017-2018 sous le matricule 17C8C804-RES. « Au sens strict, au moment de son décès, ce jeune n’est pas connu des effectifs de l’Université de Yaoundé I », précise M. Onana.

Des sources fiables révèlent qu’une plainte a été formellement déposée par le chef de l’Institution, Aurélien Sosso, le jour même où les faits se sont produits au Commissariat du Vème arrondissement de Yaoundé, qui l’a transmise à la Direction de la Police Judiciaire du Centre.

Une enquête judiciaire est en cours afin de déterminer les circonstances et les responsables de cet accident mortel.

S.A

STOPBLABLACAM TV


PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants