Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Un projet expérimental de numérisation des archives des actes d’État civil en vue à Yaoundé

Un projet expérimental de numérisation des archives des actes d’État civil en vue à Yaoundé

Paru le mercredi, 18 mars 2020 13:03

Le Cameroun projette de numériser 120 000 souches d’actes d’État civil dans les municipalités de ville de Yaoundé entre août 2020 et août 2021. C’est l’objectif de la phase pilote du projet de mise en œuvre de l’archivage numérique de l’état civil qui couvre le département du Mfoundi.

Cette initiative, mise en œuvre par le Bureau national de l’état civil (Bunec) à travers le Projet d’amélioration du système d’état civil au Cameroun pour une citoyenneté active (Paseca), était au cœur d’une mission effectuée le 16 mars dernier dans certaines mairies de la capitale camerounaise.

La mission conduite par le directeur général du Bunec, Alexandre Marie Yomo, est descendue dans la commune d’arrondissement de Yaoundé I, II et III afin de sensibiliser les magistrats municipaux nouvellement élus sur le bien-fondé de ce projet et le rôle qui leur incombe dans ce processus de modernisation du fichier d’État civil au Cameroun.

« Des contrats seront à cet effet signés avec des municipalités afin d’apporter l’appui financier et l’assistance technique », a expliqué le DG du Bunec. Le projet sera financé par l’Union européenne. De leur côté, les mairies sont chargées de trouver chacune un local, du personnel de qualité « doté des capacités de rapidité et d’endurance au travail » et un groupe électrogène.

Une fois le projet terminé dans le Mfoundi, « nous souhaitons l’étendre à d’autres départements du pays ; en commençant par le département de la Mifi à l’Ouest et celui du Fako dans la région du Sud-Ouest », a indiqué le directeur général de la Bunec.

La numérisation et l’indexation des archives des actes de naissance, qui aboutiront à l’informatisation du système d’État civil, visent à sécuriser et garantir l’authenticité des actes d’état civil. Selon le Bunec environ la moitié des souches des 9 à 11 millions d’actes répertoriés au Cameroun est inexploitable.

BE

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam