Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Sérail : Jean Pierre Amougou Belinga au centre d’une vaste fuite de conversations privées

Sérail : Jean Pierre Amougou Belinga au centre d’une vaste fuite de conversations privées

Paru le mardi, 18 août 2020 10:37

Il ne se passe presque plus un jour sans que les utilisateurs des réseaux sociaux (WhatsApp, Facebook…) ne reçoivent des enregistrements téléphoniques de l’homme d’affaires camerounais Jean Pierre Amougou Belinga. Il est le promoteur de la microfinance Vison Finance et propriétaire du groupe de presse L’Anecdote, constitué de la chaîne TV Vison 4, la radio Satellite FM, l’hebdomadaire L’Anecdote, la chaîne TV 3A Télésud.

Sur les bandes sonores en circulation, l’on entend une voix identique à celle de M. Amougou Belinga en conversation avec des personnalités supposées. Ces derniers jours, les sujets de conversation tournent autour du délégué général à la Sûreté nationale (DGSN), Martin Mbarga Nguelé. Ce dernier, selon ces enregistrements, serait en froid avec l’homme d’affaires au point où l’affaire serait remontée jusqu’à la présidence de la République.

L’une des bandes sonores révèle qu’une médiation est en cours pour réconcilier les parties en conflit. Pour apaiser les tensions, un interlocuteur propose de mettre Jean Pierre Amougou Belinga au ban de la société, selon la tradition Beti, pour avoir tenu des propos outrageants à l’encontre du DGSN. « Un cadet n’a jamais raison face à son aîné. Tu as porté outrage à ton aîné, au patriarche », déclare la voix au bout de la ligne. Cette solution vers l’apaisement a semblé rencontrer l’assentiment de celui qui se fait appeler le « pape des médias ».

Ces enregistrements de l’homme d’affaires sont-ils authentiques ? Difficile de l’affirmer sans réserve. Mais toujours est-il que le patron du Groupe L’Anecdote n’a produit aucun démenti jusqu’ici.

Bien plus, ce n’est pas la première fois qu’un enregistrement du promoteur de Vision Finances se retrouve sur la place publique. En juillet dernier, une de ses conversations téléphoniques avec Nicolas Nzoyoum, l’ambassadeur du Cameroun en République centrafricaine (RCA), s’est retrouvée sur les réseaux sociaux. L’homme d’affaires remontait les bretelles au diplomate pour avoir boudé l’une de ces cérémonies à Bangui.

Dans une correspondance officielle datée du 8 juillet 2020 et adressée au ministre des Relations extérieures (Minrex), l’ambassadeur du Cameroun en RCA n’a pas nié pas l’authenticité de la bande sonore. Au contraire, il l’a confirmé en relatant sa version de fait.

Sylvain Andzongo

Dernière modification le mardi, 18 août 2020 10:40

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam