Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Autoroute Yaoundé-Douala: vers une 3e prolongation des délais de la phase 1

Autoroute Yaoundé-Douala: vers une 3e prolongation des délais de la phase 1

Paru le samedi, 20 juin 2020 04:47

Le chantier de construction de l’autoroute Yaoundé - Douala était au centre de la séance des questions orales des sénateurs aux membres du gouvernement de ce jeudi 18 juin à Yaoundé. Devant les élus de la Chambre haute du Parlement : le ministre des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi.

Selon lui, la première section (de 60 km qui va de Yaoundé à Bibodi) de l’autoroute Yaoundé-Douala, qui devrait s’achever le 31 décembre 2020, au regard du planning revu, ne sera pas livrée à date. En effet, la crise sanitaire due au Covid-19 va générer un « glissement dont l’impact reste à apprécier », a déclaré Nganou Djoumessi.

On s’achemine vers une troisième prolongation des délais. La première phase de l’autoroute Yaoundé-Douala, débutée le 13 octobre 2014, pour une durée de 48 mois, a déjà connu deux prolongations du délai de 12 (13/10/2018-12/10/2019) et 14,5 mois (13/10/2019-31/12/2020) respectivement.

Par la voix du sénateur Pierre Flambeau Ngayap, la représentation nationale s’est inquiétée sur le retard accusé dans la mise en œuvre de cette autoroute qui doit relier les deux principales villes du pays.

En guise de réponse, le Mintp a indiqué que les retards observés sont dus à « la libération tardive des emprises par les populations, parfois plusieurs mois après le délai contractuel initial. En effet, l’on se souvient des épisodes désolants de blocage des travaux par des riverains, au motif que les indemnisations n’étaient pas encore payées. Une situation ayant parfois frisé l’incivisme », a indiqué le membre du gouvernement.

Modification de l’ouvrage

Par ailleurs, la modification du profil en travers de l’ouvrage n’a pas facilité le respect du calendrier de mise en œuvre. « Le contrat commercial avait initialement prévu une route expresse en 2x2 voies avec une vitesse de référence de 90 km/h. Cependant, pour nous inscrire dans la modernisation de nos infrastructures, de manière irréfragable, nous aménageons une autoroute en 2x2 voies, extensible à 2x3 voies avec une vitesse de référence de 110 km/h ; ce qui a nécessité l’élargissement de la plateforme des terrassements, le rallongement des ouvrages transversaux, l’assainissement du terre-plein central, avec des prestations non prévues dans le contrat ; cependant, indispensables pour la fonctionnalité de l’ouvrage (mise en place des réservations pour le réseau de communication, etc.). Ces modifications ont conduit à une énorme variation à la hausse du volume de travaux à réaliser », a expliqué Nganou Djoumessi.

Le ministre n’en a pas parlé lors de son intervention devant le Sénat, mais le chantier de construction de l’autoroute Yaoundé-Douala a également souffert de la suspension du paiement des décomptes par Eximbank-Chine, le principal financier de ces projets, intervenu courant juin 2018. Cette situation a engendré des impayés de 4,47 milliards de FCFA, soit 4,16 milliards pour le constructeur China First Higway Engineering et 552,7 millions pour le groupement Scet-Tunisie/Louis-Berger et 81,14 millions pour Labogenie, assurant respectivement le contrôle technique et géotechnique. Du fait de cette suspension du paiement des décomptes, les travaux de construction de l’autoroute Yaoundé-Douala se sont arrêtés pendant plusieurs mois avant de reprendre en mars 2019.

BE

Dernière modification le lundi, 22 juin 2020 12:54

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam