Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Le Cameroun prépare l’audit de la gestion de près de 1000 milliards issus du C2D

Le Cameroun prépare l’audit de la gestion de près de 1000 milliards issus du C2D

Paru le lundi, 21 juin 2021 12:11

Le gouvernement est en quête d’un auditeur indépendant en vue de mener un audit comptable et financier de l’ensemble des programmes exécutés dans le cadre du Contrat de désendettement et de développement (C2D) pour lesquels le Cameroun a reçu globalement des financements de l’ordre de 972,8 milliards de FCFA. L’appel à manifestation d’intérêt lancé ne renseigne pas sur les objectifs et les raisons de cet audit.

Le premier C2D a été signé entre la France et le Cameroun le 22 juin 2006 pour une durée de 5 ans pour un montant de 352 milliards de FCFA. À son terme en avril 2011, son exécution jugée satisfaisante motive la signature du second C2D courant pour la période 2011-2016 pour un montant de 214 milliards de FCFA.

Une mission d’évaluation à mi-parcours du deuxième C2D ayant conclu à une exécution globalement satisfaisante, le 3e C2D est conclu le 30 juin 2016 pour une durée de 8 ans à hauteur de 400 milliards de FCFA. Il est complété par le C2D-pilotage 3 signée le 15 novembre 2017 pour un montant de 6,8 milliards de FCFA.

Dans le cadre de l’accompagnement de l’exécution de l’appui budgétaire sectoriel du 3e C2D, un Fonds d’appui technique à l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques (Fatep) est mis en place au sein de certaines administrations.

Les différents programmes (C2D-pilotage, C2D-transversal et C2D-Fatep) visent, notamment, à renforcer les capacités de gestion des programmes économiques et des budgets d’investissement public.

Dans l’appel à manifestation d’intérêt lancé en vue de la sélection de l’auditeur, le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze, précise que « les parties se sont accordé pour que les fonds du C2D soient orientés suivant les priorités du gouvernement en faveur de la réduction de la pauvreté (DSRP) et de la croissance et l’emploi (DSCE) ».

C’est l’éligibilité du Cameroun à l’initiative Pays pauvres très endettés (PPTE) le 28 avril 2006 qui déclenche la mise en place de ce mécanisme qui permet au Cameroun d’utiliser les fonds destinés au paiement de sa dette pour financer ses programmes de développement.

D.M.

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes