Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Aide à la presse : le Repac souhaite une subvention de 3 milliards FCFA

Aide à la presse : le Repac souhaite une subvention de 3 milliards FCFA

Paru le lundi, 21 décembre 2020 11:13

Le Réseau des patrons de presse du Cameroun (Repac) a, à l’occasion de la commémoration des 30 ans de la loi du 19 décembre 1990 consacrant la liberté de communication sociale au Cameroun, adressé un mémorandum au président de la République.

A travers ce document, le président du Repac, François Mboke, salue les avancées obtenues depuis l’avènement de cette loi, notamment l’existence de plus de 300 journaux, d’une centaine de radios et d’une dizaine de chaînes de télévision. Même si ce foisonnement constitue l’arbre qui cache la précarité.

Aussi le Repac interpelle « les pouvoirs publics sur les nombreuses promesses faites pendant cette longue période pour la modernisation du cadre légal de la communication sociale ainsi que la viabilité économique des entreprises de presse ». Des promesses pour la plupart non tenues, à l’exemple d’un appui substantiel à la presse privée.

Restructurer le CNC

Les patrons de presse proposent alors le relèvement de cet appui de 300 millions actuellement à 2, voire 3 milliards FCFA par an. La gestion de ces fonds et d’autres ressources additionnelles devrait échoir à une direction générale autonome suggérée par les états généraux de la communication de 2012 dont la création reste attendue.  

Pour une meilleure autorégulation de la profession, le Repac suggère une restructuration du Conseil national de la communication (CNC) à travers une diversification des profils de ses membres, une clarification des procédures et un renforcement des pouvoirs de cette instance. Cette instance de régulation se verrait par exemple conférer le droit d’attribuer la carte de presse ou des fréquences audiovisuelles.

Aide spéciale

En attendant, et au regard des difficultés du moment marquées notamment par le non-paiement des salaires depuis de nombreux mois dans l’écrasante majorité des entreprises de presse privée, le Repac sollicite du président de la République qu’il ordonne le déblocage d’une aide spéciale pour leur permettre de faire face aux ravages de la pandémie de Covid-19.

Les patrons de presse plaident aussi pour la tenue de la session 2020 de l’aide à la presse et pour le paiement en urgence des factures de la presse privée en instance dans diverses administrations publiques.

D.M

Lire aussi :

Les patrons de presse plaident pour une hausse du financement public des médias privés

Dernière modification le lundi, 21 décembre 2020 11:21

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes