Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Oui, le prix du riz et du maquereau a augmenté

Oui, le prix du riz et du maquereau a augmenté

La réponse est :
Paru le lundi, 25 mars 2019 13:02

Certaines informations sur les réseaux sociaux rapportent que ces produits alimentaires de grande consommation ont connu une hausse sur le marché, alors que le Réseau national des consommateurs dément. Est-ce vrai ?

Plusieurs discussions sur les réseaux sociaux font état de ce que le riz et le poisson ont vu leur prix augmenter sur le marché local. Des discussions qui divisent les internautes, à cause notamment d’un communiqué du Réseau national des consommateurs du Cameroun (Rnc) qui «informe les consommateurs camerounais que le poisson et le riz n’ont connu aucune augmentation de prix sur le marché».

En réalité, les prix de ces produits alimentaires de grande consommation ont bel et bien connu une hausse. La nouvelle tarification concerne le «riz 25%» (le plus consommé) et le «riz 5%» dit de luxe. La première variété est désormais vendue au consommateur à 330 francs Cfa le kilogramme à Douala et à 350 francs Cfa le kilogramme à Yaoundé.

Le prix applicable pour la seconde variété est respectivement de 410 francs Cfa et 425 francs Cfa à Douala et Yaoundé pour les marques «premium», et de 375 francs Cfa et 390 pour «toutes les autres marques», selon un communiqué du ministre du Commerce (Mincommerce) publié il y a quelques jours.

Pour ce qui est du poisson, la hausse touche notamment le maquereau 20+, dont le kilogramme est dorénavant cédé au consommateur final dans une fourchette comprise entre 1000 et 1200 francs Cfa «en fonction de la taille et de la grosseur du poisson», précise le communiqué.

Ces nouveaux prix ont été négociés de commun accord entre le Mincommerce et les importateurs de riz et de poisson le 20 mars dernier à Yaoundé. Ce, dans le but de mettre un terme à la flambée des prix observée depuis quelques mois dans les marchés et qui s’est accentuée ces dernières semaines.

«Il était essentiel de repréciser les prix en concertation avec les opérateurs», a déclaré le ministre Luc Magloire Mbarga Atangana, dans des propos rapportés par le quotidien national Cameroon Tribune.

Selon le Mincommerce, «l’ensemble de ces produits est disponible en quantités suffisantes pour assurer l’approvisionnement normal du marché au cours des trois/quatre prochains mois». De même, «des contrôles effectifs permanents et à tolérance zéro» seront menés par les services compétents du Mincommerce pour éviter les spéculations dans les marchés, apprend-on.

P.N.N

PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants