Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Oui, il y a eu un mouvement d’humeur à la faculté des mines et des industries pétrolières de l'Université de maroua à Kaelé

Oui, il y a eu un mouvement d’humeur à la faculté des mines et des industries pétrolières de l'Université de maroua à Kaelé

La réponse est :
Paru le jeudi, 26 juillet 2018 03:51

Dans la soirée du 23 juillet 2018, des images et des messages informant d’une grève des étudiants à la faculté des mines et des industries pétrolières de Kaelé (FMIP) ont été diffusés sur les réseaux sociaux.

Dans la soirée du 23 juillet 2018, il se lit çà et là que le doyen de la faculté des mines et des industries pétrolières de Kaelé (FMIP) serait « un prisonnier dans son bureau » ; mais encore, que les étudiants se seraient lancés dans une grève; adressant entre autres des revendications liées au  respect du programme des enseignements, des départs en vacances et de la publication des résultats (de rattrapage du 1er semestre et de la session normale du 2nd semestre)…

C'est vrai. Il y a bien eu un mouvement d’humeur à la FMIP. Il a débuté le lundi 23 juillet 2018 aux environs de 7h ; il s'est intensifié vers 17h avec la participation de tous les étudiants de la faculté, jusqu'à 4h du matin du mardi 24 juillet. Avant de reprendre plus tard dans la journée jusqu’à 17h30.

18656-in-1-SBBC--manif.jpg

D’après Laurent Joel Didier, un étudiant de la FMIP, qui se confie à stopblablacam : « Les étudiants étaient pacifiquement assis dehors (dans les chansons) jusqu'au petit matin, mais très déterminés dans leur requête très fondée». A la question de savoir s’il y a eu séquestration de la doyenne ? Il réplique : « on ne peut pas parler de séquestration de la doyenne, mais on peut dire qu'elle n'a pas passée la nuit de lundi chez elle puisqu'elle ne répondait pas favorablement aux doléances légitimes des étudiants. Les étudiants ont pacifiquement exigé au préfet, sous-préfet, commandant de compagnie et gendarmerie que la doyenne ne bouge pas tant qu’un consensus n'est pas trouvé. Elle était dans son bureau pendant que les étudiants étaient assis dehors jusqu'au petit matin ».

Le dialogue est établi entre les étudiants, le recteur de l’université de Maroua Idrissou Alioum qui fait une descente sur le terrain, et la doyenne le Pr Elisabeth Ngo Bum au courant de la journée du 24 juillet 2018. D’après notre source, cela s’est fait « dans un climat d'apaisement, de convivialité et d’écoute ».

Les revendications des étudiants, ont été accueillies favorablement par le Recteur de l’Université de Maroua. Ils revendiquaient entre autres: l’affichage de leurs notes, le respect des textes en vigueur dans la programmation et la publication des cours et des notes d’examen ; la bonne gestion des requêtes des étudiants ; l’octroi et le suivi des primes d’excellence, la considération des leaders d’opinion et le bilinguisme dans l’enseignement et les évaluations. [Voir l’image pour les autres revendications]. Le mot d'ordre de la grève est levé aux environs de 17h30 le 24 juillet.

Ce matin du 25 juillet 2018, le calme est revenu à la FMIP de Kaélé et les étudiants s’en vont en vacances pour certains et en stages académique pour d'autres, en attendant le 27 juillet date de la fermeture de l'Université de Maroua.

D’autre part, une cinquantaine de notes ont d’ores et déjà été publiées et les premiers procès-verbaux du premier semestre sont en train d’être affichés. Quant aux rattrapages, ils sont prévus pour la rentrée.

STOPBLABLACAM TV


PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants