Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Non, Elecam, organe en charge de l'organisation des élections au Cameroun, n'a pas interdit les portables dans le bureaux de vote

Non, Elecam, organe en charge de l'organisation des élections au Cameroun, n'a pas interdit les portables dans le bureaux de vote

La réponse est :
Paru le jeudi, 27 septembre 2018 14:19

Elections Cameroon (Elecam) aurait diffusé une affiche d’interdiction sur les réseaux sociaux.

Une affiche interdisant les téléphones portables dans les bureaux de vote le jour du scrutin présidentiel au Cameroun, le 7 octobre 2018, a été attribuée à Elecam, l’organe en charge de l’organisation matérielle des élections politiques dans le pays. Finalement, il s'avère que cette affiche n'est pas d'Elecam.

Pour dégager sa responsabilité, le directeur général des élections, Erik Essousse, a commis un démenti le 26 septembre 2018. « L’accès dans le bureau de vote du citoyen électeur avec son téléphone portable n’est pas interdit par la loi électorale », a démenti M. Essousse. Avant de poursuivre : « Toutes les opérations menées dans chaque bureau de vote notamment, les préliminaires au vote, le déroulement des opérations de vote et le dépouillement du scrutin sont contenues dans la décision n°0033/D/Elecam/DGE du 9 août 2018, du directeur général des élections, fixant l’organisation des bureaux de vote à l’occasion de l’élection présidentielle du 7 octobre 2018 qui du reste, ne traite pas de l’utilisation du téléphone portable dans les bureaux de vote ».

Par ailleurs, le DG d’Elecam rappelle que pour la préservation du secret du vote, un isoloir est aménagé dans chaque bureau. Cependant, les opérations de dépouillement du scrutin et le recensement des bulletins sont publics. Elles se feront en présence des électeurs qui en manifestent le désir dans la mesure où la salle peut les contenir sans gêne.

SA

STOPBLABLACAM TV


PLUS LUS | 7 JOURS
1 MOIS
6 MOIS

Rumeurs

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes
1000 caractères restants